16 Février 2019

Tunisie: Du vaudeville encore et toujours

« Taieb Kakah » est le nom du personnage principal de cette comédie légère, campé par Ikram Azouz, et c'est autour de lui que gravitent tous les autres personnages.

Si Taieb est un personnage tout droit sorti de notre mémoire, un personnage aux traits prononcés des années 50, propriétaire d'un salon de coiffure et, bien entendu, comme à cette époque, pratique la circoncision.

Si Taieb est aussi vieux, bien que marié à la jeune et belle Hallouma délicieusement jouée par Oumaima Meherzi , mais reste un incorrigible coureur de jupons. Sa jeune épouse, se sentant délaissée, se confie à la soubrette Eljia jouée par Kaouther Bardi.

Quand Eljia s'emmêle, les cartes s'embrouillent, Si Taieb se retrouve au cœur d'une grande machination dont seule Eljia tient les ficelles; c'est sa manière à elle de se venger des hommes qui ont profité de la fragilité de la condition des domestiques et ont abusé de leur innocence.

Ecrite par Mohsen Ben Nefissa, la pièce, sous les directives de Meherzi, a pris des couleurs éclatantes, la légèreté des dialogues, la finesse des répliques, les sous-entendus et les calembours.

Ce vaudeville plein de rebondissements, souvent grivois, ne dérive pas à la règle avec, pour argument le plus caricatural l'adultère et les « portes qui claquent ». Hallouma qui retrouve son amour de jeunesse, Si Taieb qui flirte avec la servante et ses clientes, son apprenti qui s'amourache de la servante... des relations croisées se font et se défont rapidement sur scène, créent une dynamique et un rythme qui ne laissent aucune place à l'ennui.

Au-delà de la farce et du divertissement, cette pièce de Abdelaziz Meherzi est une ode à Tunis de son enfance et sa jeunesse, cet amour et cette nostalgie, il les souligne bien fort dans la première scène, une sorte de prologue en vidéo, où la douce voix de Kaouther Bardi accompagne des images du Tunis d'antan, un voyage dans la mémoire à travers couleurs et senteurs, poésie et visages. L'apparition de Meherzi dans la scène d'ouverture vient forcer encore plus le trait de cet aspect, son passage comme colleur d'affiches publicitaires avec son seau et son balai et ses quelques échanges avec Si Taieb ( Ikram Azouz) représente une parenthèse plaisante, où le tac au tac fonctionne si bien et le ton est donné pour le reste.

« Taieb Kakah » est un vaudeville, comme on en fait de moins en moins, un style inégalable de Meherzi et une belle brochette d'acteurs dont l'incontournable Kaouther Bardi, la belle fragilité et l'humour de Oumaïma Meherzi, le jeu pompeux et caricatural (dans le bon sens) de Ikram Azouz. Un rendez-vous à ne pas manquer les 15 et 16 février au théâtre de la Ville de Tunis.

Tunisie

L'ISESCO appelle à décréter le 15 mars journée internationale de lutte contre l'islamophobie

L'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (ISESCO) a mis en garde contre la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.