Burkina Faso: Les terroristes se jouent des frontières

17 Février 2019

Un prêtre espagnol, Antonio César Fernández, et quatre douaniers burkinabès ont été tués vendredi dans une attaque attribuée à des jihadistes dans l'est du Burkina Faso, à proximité du Togo.

Le missionnaire de 72 ans, venait de franchir la frontière Togo-Burkina.

Cet assassinat est révoltant, bien sûr, mais il met aussi en lumière la menace terroriste qui pèse sur la région. En raison de la porosité des frontières, il est très facile pour un commando de passer d'un pays à un autre.

Et c'est bien ce qui préoccupent les services de sécurité togolais. Le renseignement est indispensable, mais pas toujours facile à obtenir auprès de milices très structurées. La surveillance des zones frontalières est la deuxième priorité sachant qu'il est extrêmement compliqué de sécuriser des zones qui ne disposent d'aucune clôture, d'aucun capteur, ni de surveillance vidéo.

Traverser la frontière hors des postes matérialisés est un jeu d'enfant.

Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières attribuées à des groupes djihadistes. D'abord concentrées dans le nord du pays, elles ont ensuite frappé la capitale et d'autres régions, notamment l'est.

Ces attaques ont fait depuis 2015 plus de 300 morts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.