17 Février 2019

Congo-Kinshasa: Martyrs du 16 février 1992 - Ntantu Mey condamne la culture de l'oubli et interpelle !

La journée du 16 février n'est pas banale en RD. Congo. Il n'est nullement acceptable que l'opinion nationale oublie la mémoire des compatriotes-martyrs du jour "J" qui, au nom de la lutte pour la démocratie, furent tués à bout portant, et ce à tort, par les bourreaux sans foi, ni lois du régime tyrannique du Maréchal Mobutu Sese Seko.

Il faut absolument faire un rétropédalage, valoriser le don de ces filles et fils du Congo-Zaïre, puis continuer décidément le combat, pour une cause commune et juste. Cette alerte générale est de Jean-Marie Ntantu Mey, Doyen et Notable de la société civile, Président provincial de l'Entente Interprovinciale, EIP/Kinshasa, Promoteur de l'OFIS/société civile et surtout, ici, rescapé de ladite marche dont bon nombre d'auteurs ont perdu tout repère.

27 ans après le drame du 16 février 1992, à Kinshasa, Jean-Marie Ntantu Mey ne digère point la culture de l'oubli dont font montre aussi bien l'opinion nationale que les cerveaux moteurs de la société civile ayant été à la base de cette marche, réprimée par le régime de Feu Mobutu. Il se souvient, en effet, de ces massacres scandaleux des dignes filles et fils du pays et lance ici, un cri d'alarme cordial. «En notre qualité de Doyen de la société civile, et surtout de rescapé de cette marche du 16 février 1992, nous tenons à interpeller nos concitoyens sur l'objectif de cette première marche des Chrétiens ; marche conçue et organisée par les acteurs de la société civile dont je faisais partie», clame Ntantu Mey.

Et, de renchérir en pointant du doigt les uns et les autres, à propos de la capitalisation de ladite marche, 27 ans après : «aux jours d'aujourd'hui, acteurs de la société civile, qu'en faites-vous de ces morts ? Vous les avez tous oubliés, abandonnés pour des intérêts actuels ? La société civile, le peuple congolais, ont-ils atteint l'objectif de cette marche ? Si oui, à quel degré ? Si non, comment continuer la lutte et avec quels partenaires, pour que ces morts ne soient pas partis pour rien, et d'autres encore, n'aient pas perdus leur emploi pour rien ? ». A cette litanie d'interrogations, semble-t-il que Joseph Olenghankoy et Pierre Lumbi Okongo, respectivement auteurs parmi tant d'autres, de cette marche pacifique, peuvent répondre ; sinon, l'ensemble du peuple congolais, dirigeants et population.

Contrairement aux années écoulées, cette fois-ci, la messe traditionnelle que l'EIP, chapeautée par Ntantu Mey, a l'habitude d'organiser à l'intention des martyrs du 16 février 1992, a dû échapper au rendez-vous. Il appert, contre toute attente, que les moyens tant soit peu pour ce faire, n'ont pu être mobilisés ne fut-ce que pour faire face aux différentes exigences.

Hommage aux martyrs

Contre vents et marrée, ces morts là ne doivent pas être oubliés un seul instant, soutient Ntantu Mey. Point focal de l'EIP/Bandundu, le Promoteur de l'OFIS/société civile congolaise, exhorte les Jeunes acteurs de la société civile à ne point se servir des citoyens lambda comme escarbots, pour atteindre leurs intérêts égoïstes, afin de changer de camp, in fine. «Nous invitons les Jeunes acteurs de la société civile, à organiser des actions par conviction et avec suivi. Sinon, l'on continuera à faire tuer nos concitoyens pour rien», conseille-t-il. Et de soutenir, en outre, que s'il faille faire tuer les autres concitoyens pour trouver de l'emploi, pour changer de camp finalement, ça ne sert à rien».

A tous ceux qui gardent encore, de près ou de loin, une mémoire pieuse vis-à-vis de ces compatriotes qui tirèrent leur révérence, au nom de la démocratie dont l'avènement réel tarde à se matérialiser au Congo-Kinshasa, une rencontre de réflexion sera organisée ce lundi 18 février 2019, à 14 heures 30', au Centre culturel congolais "Kiese mey", à Lemba-Fikin. Il sera question, somme toute, d'échanger et voir comment repartir, et continuer la lutte avec des partenaires qu'il faut, précise Ntantu Mey.

Congo-Kinshasa

Les provinces en danger

La vente aux enchères, par les députés provinciaux, de leurs voix aux candidats aux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.