Cameroun: Maurice Kamto et ses collaborateurs échappent à un empoisonnement

Photo: camer.be
Suspects interpellés (archive)
18 Février 2019

Le régime Biya atteint le sommet de toutes les sommes du machiavélisme. Ce dimanche matin, madame Maurice Kamto s'est présentée à la prison principale pour apporter un repas à son époux.

Elle a été stoppée à l'entrée du centre de détention par une recommandation étonnante du régisseur de prison lui demandant de déposer le repas à un obscur et mystérieux gardien de prison.

Mais des phénomènes bizarres se sont produits à la présentation de ce repas à Maurice Kamto. Une nourriture qui pétillait comme des bulles de champagne et pétaradant comme un volcan en ébullition. Le piège appétissant était fumant. Et pour qui connaît ce régime sadique, barbare et septentrional, il n'y avait pas de doute: c'était du poison.

Le rouleau compresseur de Paul Biya qui a donné l'ordre " réglez-moi ce problème Kamto ", a été activé par le secrétaire général de la présidence Ferdinand Ngoh Ngoh, puis, actionné par le ministre d'État de l'Administration Territoriale Atanga Nji, et mis en application par le Délégué Général à la Sécurité Nationale Mbarga Nguele.

La machine infernale de l'élimination physique par empoisonnent a été déclenchée par le régisseur de la prison qui a ordonné une fouille jusqu'aux parties intimes de Maurice Kamto et compagnie pour les isoler de toute communication avec le monde extérieur.

Madame Kamto ayant été refoulée à l'entrée de la prison principale , son repas a été récupéré par un obscur individu. Le colis a été soigneusement dynamité et piégé par les ebourrins chargés de basses besognes, avant d'être présenté à son mari et codétenus . Ayant senti le coup, Maurice Kamto et les siens n'ont pas osé manger.

Le président du MRC et ses collaborateurs sont donc contraints à un jeûne illimité. À part maître Simh qui a pu brièvement rencontrer Maurice Kamto hier, aucun autre avocat ou membre de la famille des détenus n'a eu accès à la prison principale.

Pendant ce temps, à la prison centrale de Kondengui, le régisseur a confisqué les matelas offerts par les sympathisants du RMC aux 151 militants détenus qui dorment par terre. Il a préféré les distribuer à d'autres détenus, arguant que c'est à lui de décider qui doit bénéficier des dons.

Ces ultimes camouflets dans l'océan des règlements de comptes sentent l'assassinat orchestrés par des éboueurs politiques du régime tyrannique qui n'enfilent même plus les gangs pour traîner dans la boue et éliminer Maurice Kamto, Albert Ndzongang, Christian Penda Ekoka, Valsero et tous les cerveaux de l'opposition démocratique .

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.