Cameroun: Après le kidnapping de Kumbo, c'est l'émoi dans la région

Photo: camer.be
Suspects interpellés (archive)

Les autorités ont annoncé, dimanche 17 février, la libération de 145 personnes, essentiellement des élèves, enlevés samedi dans le collège Saint-Augustin dans la ville de Kumbo par des personnes non identifiées.

Cette cité est située dans le nord-ouest, près de Bamenda. C'est l'une des deux régions anglophones du pays où sévit depuis plus de deux ans un conflit armé entre séparatistes et forces de sécurité camerounaises. Les événements de ce week-end ont plongé la région dans un profond émoi.

Le groupe armé des ravisseurs, non-identifié, est arrivé dans ce collège le samedi 16 février aux alentours de 5h30. Ils ont arraché élèves et encadrants de leur sommeil et les ont conduits vers une destination inconnue.

Au total, après ce kidnapping de masse, les responsables de l'établissement ont dénombré près de 200 personnes manquant à l'appel. Dimanche soir, à la télévision nationale, un communiqué du ministre de la Défense indiquait que 145 otages avaient été retrouvés.

Abandonnés en forêt

Les ravisseurs les auraient abandonnés en forêt alors qu'ils se sentaient cernés par les forces de défense et de sécurité. Le communiqué a précisé que les recherches sont toujours en cours en vue de la libération des autres otages.

A Kumbo, localité située à 80 km de Bamenda, l'émotion était vive durant tout le week-end. Sur toutes les lèvres il y a les mêmes interrogations : comment a-t-on pu enlever un aussi grand nombre d'élèves alors que la ville est sous couvre-feu permanent ; comment a-t-on pu les transporter et déjouer la vigilance des forces de l'ordre de sécurité pourtant en masse dans la région ?

Un événement similaire en novembre 2018

En novembre 2018, un événement similaire avait déjà bouleversé la même région. Soixante dix-neuf élèves avaient été enlevés d'un autre collège confessionnel en plein cœur de Bamenda, ils avaient été remis en liberté, là encore, dans des circonstances restées floues à ce jour.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.