Ile Maurice: Vidéo en circulation - Une ado de 13 ans malmenée par une vingtaine d'élèves

18 Février 2019

«To figir kouma rékin.» Cette phrase, une fille de sa classe, âgée comme elle de 13 ans, la lui répétait sans cesse. Jusqu'au jour où une bagarre a éclaté entre les deux jeunes lorsque celle qui se faisait constamment dénigrer lui a lancé : «Merci, mé mo pli zoli ki twa.» L'adolescente, élève en filière préprofessionnelle, dans une école à La-Tour-Koenig et habitant un faubourg de Pointe-aux-Sables, raconte avoir été malmenée par une vingtaine d'élèves.

Cette affaire remonte au 7 février. La victime n'avait rien dit à sa mère concernant l'agression. Mais celle-ci avait été filmée. Et une amie de sa mère a envoyé la vidéo à cette dernière. «J'ai eu le choc de ma vie. Je ne savais plus quoi faire. Ma fille ne m'avait rien raconté, mais j'avais constaté des changements dans son attitude. Elle refusait de s'alimenter et se refermait sur elle-même. Le jour de l'incident, lorsqu'elle est rentrée à la maison, elle avait très mal à la tête. Elle ne cessait de me demander des calmants», se souvient la mère de famille.

Après avoir visionné la vidéo, la quadragénaire décide d'alerter les autorités. Un premier appel est fait à la Child Development Unit. Et le lendemain, elle reçoit la visite des officiers et d'un psychologue. Ces derniers lui demandent de référer l'affaire à la police. L'affaire a été rapportée à la police dans la soirée de samedi, soit une semaine après l'agression. L'adolescente est transportée à l'hôpital pour un examen.

Ce n'est pas la première fois qu'elle est victime d'agression à l'école. «J'ai déjà prévenu la direction des problèmes auxquels fait face mon enfant. Ces filles l'avaient menacée auparavant», s'insurge la mère. L'année dernière, son enfant avait été battue par un élève. La mère avait alerté les parents de ce dernier et ils avaient décidé de régler l'affaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.