Afrique de l'Ouest: Un forum contre le franc CFA organisé à Bamako

Au Mali, une conférence s'est tenue ce dimanche à Bamako contre le franc CFA. Vieux serpent de mer des relations franco-africaines, le débat a été ravivé par le gouvernement populiste italien le mois dernier. Lequel affirmait que le franc CFA appauvrissait l'Afrique.

Les avis sont toujours tranchés, il a ainsi été vivement défendu par le président ivoirien, Alassane Ouattara, la semaine dernière, en visite à Paris. En revanche, les participants invités aux Etats généraux du FCA par le Forum pour un autre Mali ont dénoncé cette survivance de l'époque coloniale.

A Bamako, des universitaires, des acteurs de la société civile, des responsables politiques étaient présents pour plaider pour un changement de monnaie.

Et lors de cette rencontre, le CFA n'avait pas de défenseur. Pour les universitaires, les représentants d'ONG présents la monnaie est d'abord une affaire de souveraineté.

« Nous voulons en finir avec l'acronyme CFA qui renvoie quand même aux francs des colonies françaises d'Afrique.

Les Américains ne comptent pas en euro, les Européens ne comptent pas en yen et donc il nous faut une monnaie qui puisse renvoyer à notre identité », estime Nako Nubukpo ancien ministre togolais et grande voix anti-CFA sur le continent.

Pourtant, récemment, des chefs d'Etat africains des pays membres de la zone CFA ont encore défendu cette monnaie.

Des arguments qui ne sont pas recevables pour Mamadou Koulibaly, ancien président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire et participant à la rencontre de Bamako : « Cette monnaie ne permet pas de financer l'investissement risqué, l'investissement de longue période.

On finance le bien de consommation, mais pas l'investissement long. Les taux d'intérêt sont plus élevés quand vous êtes un particulier, une entreprise privée, que quand vous êtes l'Etat ou une société du secteur public. »

Dans tous les pays membres de la zone CFA, les organisateurs de la rencontre de Bamako entendent installer des comités de réflexion pour instaurer de manière pacifique un débat citoyen sur le sujet.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.