Cote d'Ivoire: Grève des enseignants - Les associations de consommateurs invitent à la reprise des cours

18 Février 2019

C'est entouré d'élèves et de leurs parents, des membres de son organisation et des chefs de communauté d'Adjamé, que Soumahoro Ben N'Faly, Pca de la Fédération ivoirienne des consommateurs "le Réveil" (Ficr), a invité le 16 février dans les locaux de la radio Téré, les enseignants grévistes à reprendre le travail, afin d'éviter que l'année scolaire en cours soit davantage perturbée.

C'est entouré d'élèves et de leurs parents, des membres de son organisation et des chefs de communauté d'Adjamé, que Soumahoro Ben N'Faly, Pca de la Fédération ivoirienne des consommateurs "le Réveil" (Ficr), a invité le 16 février dans les locaux de la radio Téré, les enseignants grévistes à reprendre le travail, afin d'éviter que l'année scolaire en cours soit davantage perturbée.

« Notre intention n'est nullement de jeter de l'huile sur le feu. Il s'agit plutôt d'un cri du cœur. Nous demandons aux enseignants grévistes de reprendre le chemin des classes, afin de faciliter le dialogue social», a-t-il lancé.

Soumahoro Ben N'Faly les a également invités à rejoindre la table des négociations, notamment la rencontre prévue aujourd'hui à leur intention. « Surtout que la tutelle nous a donné toutes les assurances que la porte de la négociation ne leur a jamais été fermée », a-t-il souligné.

Le Pca de la Ficr s'est tout de même interrogé « sur la crédibilité des relais d'informations relatifs aux accords signés entre le gouvernement et les faîtières signataires du protocole d'accord portant sur la trêve sociale du 18 août 2017».

Ainsi que sur le « motif réel de cette grève». En outre, Soumahoro Ben N'Faly a demandé aux Comités de gestion (Coges) « d'emboîter le pas à leurs camarades de Bouaké, car leur rôle n'est pas de mettre nos enfants dehors pour des cotisations impayées, mais plutôt de veiller à ce qu'ils reçoivent un enseignement de qualité dans un environnement adéquat ».

S'exprimant au nom de tous les chefs de communauté d'Adjamé, Tiémoko Jean Baflan a souhaité une issue rapide et concertée, car « le niveau de scolarisation et la qualité des hommes et des femmes sont à la base de la position de leader qu'occupe la Côte d'Ivoire en Afrique de l'Ouest, depuis l'époque du Président Félix Houphouët-Boigny ».

Pour sa part, Mariam Cissé, présidente de l'Association des femmes démunies, veuves et divorcées (Afedevedi), a aussi exprimé « l'inquiétude des parents d'élèves relativement à l'impact négatif de la grève sur l'avenir » de leurs progénitures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.