18 Février 2019

Cote d'Ivoire: Route de l'esclave - Maurice Bandaman visite les sites historiques de Sassandra

Le ministre de la Culture et de la Francophonie qui a effectué le déplacement, du 14 au 16 février, a promis de mettre tout en œuvre pour faire intervenir l'Unesco, afin que des sites soient classés au patrimoine mondial.

Entouré de plusieurs chercheurs universitaires et collaborateurs, le ministre de la Culture et de la Francophonie s'est rendu, du 14 au 16 février dans la ville de Sassandra.

Cette visite, initiée dans le cadre de l'identification des sites historiques, a été l'occasion de (re)découvrir certains édifices et espaces pour lesquels Maurice Bandaman a promis de mettre tout en œuvre pour faire intervenir l'Unesco afin que des sites de cette ville historique soient classés au patrimoine mondial et que Sassandra retrouve la place qui lui est due.

Sur les lieux, le ministre de la Culture et de la Francophonie a, d'entrée de jeu, situé l'importance de ce déplacement : « C'est ici, dans la région du Gbôklè que le nom Côte d'Ivoire a été révélé. Les portugais ont baptisé ainsi notre pays parce que c'est cette région qui était la Costa de marfil, autrement dit, la Côte des Ivoires.

Sassandra et sa région doivent retrouver la place qu'il leur faut et je n'ai pas déplacé ces éminents universitaires pour rien. C'est sur instruction du Président de la république que nous effectuons ce déplacement ».

Une visite qui a donné de voir et de toucher du doigt, en plein centre-ville, les ruines de la résidence de vacance du gouverneur Binger et de celle du Commandant de cercle dressées sur la falaise surplombant l'embouchure de Sassandra ; la grotte-mosquée du défunt patriarche Yacouba Sylla, la Banque de l'Afrique de l'ouest (Bao), le comptoir commercial, le quartier Groudou, le monument aux morts, le wharf, le phare, et la cathédrale Saint-André.

A environ huit (8) kilomètres du centre-ville, précisément à Drewin, la délégation ministérielle a aussi visité le tunnel des esclaves qui débouche sur la porte du non-retour. Ce qui ressort des travaux des chercheurs, archéologues, ethnologues commis par le ministère de la Culture de la Francophonie, une traite clandestine d'esclaves aurait eu lieu à Drewin.

Sur cet espace situé non loin du village de Bassa, ce sont la stèle érigée en mémoire d'Emile Olivier Schiffer, les ruines de l'huilerie et le tunnel des esclaves qui ont été visités.

Ce sont donc au total, quatorze sites historiques dont dix dans la ville de Sassandra et quatre dans le village communal de Bassa qui ont été visités.

Le séjour du ministre a pris fin par une prestation d'artistes tels que Ayidissa et le Médiateur des shows, tous originaires de Sassandra.

Cote d'Ivoire

Les usagers Huawei inquiets de la rupture avec Google

En Côte d'Ivoire aussi, clients et revendeurs se demandent quel sera l'avenir de Huawei sans Google. Même si… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.