18 Février 2019

Madagascar: Sel iodé - Pourquoi en consommer et comment encourager la relance ?

50 000 tonnes de sel iodé et fluoré sont produits annuellement à Diégo-Suarez.

Depuis janvier dernier, l'arrêté d'application du décret 2014-1771 sur l'obligation d'ioder et de fluorer le sel alimentaire a été établi est en cours de ratification. Toutefois, l'adhésion du grand public, n'est pas certaine. Raison pour laquelle il faut faire comprendre pourquoi la consommation de sel iodé est nécessaire.

Selon une étude faite dans le cadre de l'Enquête nationale sur l'iode et le sel à Madagascar (ENISM) en 2014, la teneur médiane d'iode urinaire au niveau national est de 46 microgrammes par litre. Ce qui est largement en deçà de la moyenne préconisée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), comprise entre 100 et 300 microgrammes par litre. Le Fonds des Nations unies pour l'Enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ainsi que le Ministère de la Santé publique sont formels et fermes là-dessus, la carence en iode est un problème de santé publique à Madagascar, et elle n'est pas sans conséquences.

Elle engendre entre autres, ce que nous appelons les troubles dus à la carence en iode (TDCI), notamment : la lenteur intellectuelle, l'arriération mentale, les goitres, le crétinisme, les avortements spontanés et les naissances prématurées. Un apport suffisant en iode permet ainsi d'augmenter les capacités mentales des enfants, de lutter contre le crétinisme, d'atténuer la malnutrition chronique, les risques de naissances prématurées, d'avortements, et l'insuffisance pondérale. Ce qui au final, permet d'avoir un capital humain en meilleure santé, donc facteur et surtout acteur de croissance durable. Encore mieux, quand le sel est iodé et fluoré en même temps, sa consommation permet de lutter contre les caries dentaires qui, si elles sont non traitées, engendrent des problèmes de santé plus graves : cardiaques, rénaux, ou encore urinaires, etc.

Actions entreprises et à entreprendre. La revitalisation de l'iodation du sel a été relancée officiellement dans le Menabe, à Morondava, le jeudi 14 février dernier. Comme rapportée dans nos colonnes la semaine dernière, la production visée pour l'Association des Producteurs de Sel du Menabe (APSM) et le Comptoir du Sel iodé de Menabe (COSIM) est de 11 200 tonnes par an. A Antsiranana, la CSM produit 50.000 t de sel iodé et fluoré par an et distribué sur l'étendue du territoire national, par les grands distributeurs, tels que TAF par exemple. Ce qui représente 2/3 de la consommation nationale de sel de cuisine dans la Grande île, les 11.200 tonnes du Menabe quant à elles en représentent environ 10%. Entre autres recommandations, les parties prenantes de revitalisation de l'iodation du sel préconisent quelques actions à entreprendre pour que l'ensemble de la population malgache bénéficie équitablement du sel iodé et fluoré.

Le renforcement de la synergie entre iode et fluor, et une meilleure coordination entre les différents acteurs sont ainsi particulièrement encouragés, pour une application plus effective du décret 2014-1771. Tout comme la sensibilisation et le marketing social visant à une meilleure adhésion du public. Par ailleurs, un soutien constant et soutenu aux petits et moyens producteurs de sel iodé qui se sont engagés à l'iodation et à fluoration du sel selon les normes sanitaires internationales établies. Pour garantir le respect de ces normes, l'application d'un système efficace de contrôle qualité et de la traçabilité de tout le cycle de production, de conditionnement et de distribution de sel iodé et fluoré (donc portant le « label » SIF) est aussi essentiel pour la santé des consommateurs et pour l'éthique commerciale dans cette revitalisation de l'iodation du sel dans la Grande île.

Madagascar

Etudiants boursiers d'Etat en Chine - Un appel en détresse à Andry Rajoelina

Ce n'est pas la première fois qu'un appel au secours a été lancé par les étudiants… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.