18 Février 2019

Tunisie: De l'éloge de l'immensité à l'apologie de la planète

Le poète insiste très lourdement sur sa vieillesse, osant un parallèle de grand-père avec Gandhi, certainement pour nous souffler qu'il se suffit de peu et qu'il est non-violent mais aussi pour nous faire comprendre que ses souvenirs remontent très loin dans le passe et, de toute évidence, encore plus loin vers l'avenir. Il survivra à tout, semble-t-il vouloir nous chuchoter.

L'adversité des siècles

Quand on lit directement les vers, on saisit immédiatement l'éloge de l'immensité professée par le poète, mais quand on cherche à lire entre les lignes, on ne peut alors manquer d'identifier une étonnante apologie de la planète... qui en a bien besoin car, malgré la multiplication des défenseurs, leurs plans ne cessent de se heurter, encore et encore, au mur érigé par les plus forts : le mur des intérêts immédiats des Etats et de leur logique d'hégémonie et de profit pure et simple.

La poésie de Tahar Bekri ressemble comme deux grains de sable à de l'activisme écologique qui dresse un triple tableau, un triptyque allions-nous dire, de ce qu'il est advenu du désert tel que défini par l'identité profonde de son être. Un premier tableau qui décrit l'adversité qui fait rage contre le désert depuis des siècles avec des armes qui transitent sous diverses bannières, l'insolence des chenilles des chars, les épouvantails cauchemardesques, les débris omniprésents, les milliers d'obus, les étendards des prétendants, les razzias incessantes, les guerriers aux sabres inutiles, les mandibules des acridiens, les miradors des sentinelles, les sabots de fer, la soldatesque assoiffée de sang, les scorpions...

Périls de la population du désert

Un second tableau revient également par bribes dans les poèmes de Tahar Bekri, mais celui-ci ne vous emplit pas de dégoût comme le premier car nous sommes ici en présence de la plus poignante des nostalgies : le désert nimbé du romantisme des hommes et des éléments. En vérité, une description de la population qui lui appartient de droit ; les chameaux chancelants sous les palanquins, la rosée éplorée, les palmeraies orphelines, les vallées du cœur, les vents pleureurs, les rires, les fêtes, les bracelets, les mélodies, les tempêtes, l'aurore, la pluie qui adoucit les arbustes, le vent caressant les épis, la nuit à la belle étoile, le ciel sans nuages, les cascades roucoulantes, les ruisseaux offerts, les parcelles de l'ombre, les rouges-gorges impatients, les couleurs, les matins, les jardins, les odeurs, les feuillages, les grappes vertes...

Une population qui souffre le martyre, qui n'a plus sa place, dont la plupart a définitivement déserté les lieux...

Des analphabètes qui brûlent les manuscrits

Ceux qui les remplacent occupent le troisième volet du triptyque où le poète décrit une population de vautours en dehors du temps. Des épouvantails barbus qui se saisissent des esprits faibles à grands coups de sermons et de vindictes, avec des promesses de dupes d'un au-delà flamboyant. Le poète ne lésine pas sur les épithètes en décrivant des chacals qui ne prennent pas la peine de cacher des crocs qui ne promettent que les agonies les plus sordides. Des reptiles qui rampent pour creuser des galeries destinées à faire éclore les hybrides génétiques dont l'ADN ignore le sens de la vie et ne s'attache qu'au négoce de la mort. Des corps factices momifiés et séniles qui n'ont que faire de la vérité. Des manieurs de fouets qui lacèrent le corps des érudits, faisant couler leur sang, broyant leurs os. Des gardes inflexibles doublés de négriers qui asservissent tout sur leur passage. Des analphabètes de l'imposture qui brûlent les manuscrits et des oracles auto-proclamés qui n'écoutent que leur propre voix.

Et tous ne caressent qu'une seule ambition coupable. Celle de mettre le feu aux poudres et de ne laisser personne en dehors du brasier. Le drame se poursuit dans leur sillage quand le désert devient une porte ouverte à toutes sortes de brigands qui se trouvent des affinités avec l'incertitude de l'histoire.

Un avant-goût de lecture ? Voici le 28e poème; celui que nous avons trouvé le plus beau et le plus nostalgique :

"Palmeraie nourricière

Des pauvres

Accueillant l'oued généreux et avare

Les sources amoureuses de chants

Les bêtes pour la compagnie fidèle

Un dos soutient les jarres

L'autre emporte le flot

Tant de sobriété

Suffisait à la patience

De devancer les sabots

La nudité n'est pas une tare

Mais couvrait le corps si beau."

Oui, "La nudité n'est pas une tare", cela n'a jamais été aussi vrai qu'en décrivant l'essence du désert, antithèse du néant.

L'ouvrage

"Désert au crépuscule",52p., mouture française

Par Tahar Bekri

Editions Alanwar, 2018

Auteur : Sarrah O. BAKRY

Ajouté le : 18-02-2019

Tunisie

FC Séville - Wissam Ben Yedder toujours flou son avenir

Cette saison, Wissam Ben Yedder a été l'auteur d'une grande saison avec le FC Séville. Une saison… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.