18 Février 2019

Sénégal: El Hadji Sall - «Ceux qui nous dirigent ne se soucient guère de nous... .»

En campagne électorale hier, dimanche 17 février, dans la région de Saint-Louis, le candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (Pur), El Hadji Sall a foulé le sol de l'Université Gaston Berger de Saint(Ugb) pour pêcher quelques indécis. Sur les lieux, il a reproché aux tenants du pouvoir d'avoir manqué de vision au plan pédagogique, infrastructurel et social pour nos universités

Profitant de cette tribune qui lui est offerte, il a déploré l'attentisme des autorités administratives à faire le nécessaire pour livrer à temps les bourses aux étudiants aux fins d'éviter les casses, mort d'homme et autres "Nguinté toubab" (manger gratuitement) qui ne militent pas à une bonne formation. Toutefois, il a regretté le comportement des étudiants, en les invitant à changer d'attitude.

«Je suis de tout cœur avec vous, mais sachez que je ne cautionne pas ce que vous appelez Nguinté toubab". Ce n'est pas parce que vous êtes étudiants que j'applaudis quand vous parlez de Nguintté toubab. Et ça, je reste très clair. Même si par ailleurs, l'administration ne doit pas vous amener à avoir ce comportement ».

A entendre le candidat du Pur : «Vous êtes boursiers et vous devez avoir vos bourses à temps. Un président de la République qui distribue des milliards à des non ayants droit, sachant qu'il y a des étudiants qui n'ont que de maigres bourses et qui ne parviennent pas à les obtenir, jusqu'à ce qu'il y'ait mort d'homme. Cela est injuste, anormal... ».

Poursuivant sa diatribe contre le régime, Issa Sall dira ceci: «Depuis dix ans, il n'y a pas de formation dans nos universités, parce que ceux qui nous dirigent n'ont aucune idée de comment devrait fonctionner une université. Et ça, je suis bien placé pour vous le dire... D'ailleurs, cela ne les intéresse nullement, parce que leurs enfants sont au Canada, en France, aux Usa... »

LE DEFICIT D'ENSEIGNANTS DE RANG A DEPLORE

Convaincu que l'avenir du pays (Sénégal) repose en grande partie sur ses ressources humaines de qualité, notamment ses étudiants, El Hadji Sall met en exergue son programme éducatif « ambitieux et innovant ». Tout d'abord, il a constaté pour le déplorer le manque d'enseignants de rang A dans les deux, voire trois ans à venir. «Dans 2 ou 3 ans, la moitié des enseignants de rang A iront à la retraite.

Et il sera impossible de les remplacer. Parce que vous, doctorants, n'aviez pas la possibilité d'être recrutés à l'université. Et ce n'est pas normal». Face aux doléances des étudiants de l'Ugb, il dira ceci: «Vous me parlez de concours, comme l'Ecole nationale d'administration (Ena), du Centre de formation judiciaire (Cfj)... qui sont restés fermés à vous. Il en est de même lorsque vous voulez migrer vers d'autres universités... Ce n'est pas normal. Car, cela relève de la discrimination. Et je sais qu'à l'Ugb vous faites objet d'ostracisme... ».

Sénégal

CAN U17 - Il faut saisir cette once d'espoir que nous avons, Malick Daff

Malick Daff, le coach du Sénégal admet que ce sera difficile pour son équipe de se qualifier pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.