Mali: «Programme d'infrastructures économiques 2018-2023» - Le gouvernement courtise le secteur privé

Le Premier ministre a rencontré, vendredi dernier, le secteur privé national, en présence de plusieurs membres du gouvernement. A cette occasion, Soumeylou Boubèye Maïga a présenté aux hommes d'affaires le «Programme d'infrastructures économiques 2018-2023».

Aussi, le chef de l'administration a sollicité leur implication pour la mobilisation des financements appropriés en vue de la réalisation de ce vaste programme de développement, et de désenclavement intérieur et extérieur du pays.

Le «Programme d'infrastructures économiques : mandature 2018-2023» verra, à termes, la réalisation de 8.700 km de route et six ponts à travers le pays pour un coût global évalué à 5.500 milliards de FCFA. Pour y parvenir, le gouvernement compte sur le secteur privé national.

La concrétisation de ces projets qui s'inscrivent dans le cadre du volet : «Transformer le Mali» et «Servir les Maliens» du projet de société du président de la République, exige d'être en phase avec les acteurs économiques qui ont un rôle prépondérant dans la réalisation des infrastructures et la création de richesses, a justifié le chef du gouvernement en s'adressant aux hommes d'affaires.

Rappelons que chacune de nos régions est adossée à un espace transfrontalier qui est un marché naturel.

C'est pourquoi favoriser les échanges, l'évacuation de la production à l'intérieur et avec nos voisins à travers différentes chaines de valeur renforcera «la compétitivité de nos différents territoires» et drainera «un afflux d'investissement», a dit le Premier ministre.

Estimant que ce programme doit, au regard de son importance, être cristallisé dans une «Loi de programmation quinquennale de manière à ce qu'il soit admis de tous que ces infrastructures sont indispensables pour le pays et n'ont rien à voir avec les orientations politiques des uns et des autres».

Notre pays est membre de l'UEMOA et de la CEDEAO. Il pourrait, dans un avenir proche ou lointain, appartenir à un autre vaste ensemble commercial : la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

Pour préparer ce changement important dans le secteur de l'économie, la Commission économique pour l'Afrique (CEA) des Nation unies a formulé des recommandations devant permettre aux pays concernés de commercer entre eux.

Selon les experts de la CEA, l'un de ces conseils est l'élaboration de stratégies nationales pour soutenir la mise en œuvre effective de la ZLECA afin de pouvoir tirer parti de ses retombées positives potentielles pour le développement industriel.

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.