19 Février 2019

Afrique: La CAN U20 Niger 2019 a vécu - Bilan

La 21e édition de la Coupe d'Afrique des Nations U20 Total Niger 2019 a tenu toutes ses promesses. Organisée du 2 au 17 février par le Niger dans un pur esprit de fête et de fraternité propre aux compétitions africaines, la compétition réservée à la catégorie d'âge juniors a livré son verdict au terme d'une pathétique finale jouée au stade général Seyni Kountché de Niamey, et remportée par les Aiglons du Mali devant les Lionceaux du Sénégal à l'issue des tirs au but (3-2 tab).

Mali: le résultat et la manière

Ces deux formations se connaissent parfaitement pour s'être croisées à deux reprises ces trois derniers mois avant cette finale de la CAN. Des oppositions qui sont toujours allées à l'avantage des Sénégalais lesquels avaient pris le dessus en matches de groupe de la coupe UFOA « B » par 2 buts à 0, et par le même score lors de la première journée du groupe « B », à Maradi.

Par conséquent, l'apothéose plutôt inédite de cette CAN U20 avait tous les airs d'une revanche pour les hommes de Mamoutou Kané surnommé Mourlé, le sélectionneur national.

Ces derniers sont parvenus à relever le défi en s'imposant à l'issue des tirs au but par 3 à 2 après un nul de 1 but partout à l'issue du temps réglementaire et des prolongations.

D'ailleurs, l'histoire de ce tournoi aura voulu que chacune des équipes remporte quatre de ses cinq matchs du tournoi. Le Sénégal a gagné ses quatre premiers matches avant de perdre en finale, alors que le Mali a perdu le premier contre ce même adversaire pour ensuite remporter les quatre rencontres suivantes.

Si le Sénégal avait paru survoler la compétition en inscrivant 10 buts contre 1 seul but encaissé au soir des demi-finales, à la même étape, le Mali ne parvenait qu'à marquer 3 buts pour autant encaissés avant de se hisser sur la plus haute marche du podium au soir de la finale. Laquelle fut une rencontre de belle facture sur le plan tactique, de l'engagement et de l'impact physique.

Au bout du compte, c'est l'équipe qui a eu le plus de répondant qui s'en est sortie au cours de la séance fatidique des tirs au but où il a fallu de l'adresse, de la concentration, de la sérénité, mais aussi un brin de chance.

Le groupe « B » de Maradi fait la différence

De ce tournoi, on retiendra surtout que le groupe « B » domicilié à Maradi a été le plus prolifique avec un total de 14 buts marqués contre 12 buts pour le groupe « A » installé dans la capitale nigerienne, Niamey. C'est d'ailleurs ce groupe qui offre les finalistes de la compétition.

La plus mauvaise défense a été le Burkina Faso (groupe «B») qui a encaissé 9 buts en trois matches après trois défaites, faisant de cette équipe la lanterne rouge du tournoi, alors que la meilleure défense est revenue à la formation des Flying Eagles du Nigeria qui n'a encaissé qu'un seul but tout au long de la compétition. Ce but a été du reste encaissé en demi-finales face aux Aiglons qui ont eu le dessus au cours de la séance des tirs au but.

Figurant parmi les favoris, le Nigeria a montré beaucoup de solidité défensive. A l'issue de la phase des groupes, c'est le Sénégal qui était finalement le grand favori par sa qualité de jeu offensif avant de se défaire difficilement en demi-finale d'une équipe sud-africaine solide et bien organisée tactiquement à travers son bloc défensif sans toutefois pouvoir exprimer une véritable menace offensive.

En effet, elle n'a réalisé que 2 buts, encaissant le même nombre tout au long de son parcours avant de s'emparer de la médaille de bronze.

Les Aiglons ont du répondant

Tout le mérite revient donc aux Aiglons du Mali qui ont bénéficié d'une bonne marge de progression au fur et à mesure qu'on avançait dans la compétition. Battus par 2 buts à 0 en match d'ouverture du groupe « B » par les Lionceaux, ils allaient monter en régime pour d'abord se défaire des Etalons du Burkina par 1 but à 0, avant de puiser au fin fond de leurs ressources pour dominer les Black Satellites du Ghana par le même score. Alors que ces derniers n'avaient besoin que d'un nul, le Mali pouvait afficher ses ambitions d'être au rendez-vous du sacre continental même si ce n'était pas aussi évident.

Mais là où les Aiglons ont montré qu'ils étaient capables de répondre présents, c'était face aux Flying Eagles en demi-finales. En effet, ils ont su tenir la dragée haute face aux Nigérians dans une partie qu'ils ont longtemps prise à leur compte avant de l'emporter aux tirs au but après un score de 1 but partout.

Les copains de Boubacar Traoré, buteur en finale ont été les auteurs d'un sursaut sans pareil et d'une belle fraicheur physique quand on sait qu'ils ont eu deux matchs en quarante-huit heures en phase de groupes, puis une prolongation en demi-finales, pour se retrouver dans la même situation en finale remportée lors de l'épreuve des nerfs de la loterie des penalties.

Bref, un beau champion au sortir d'une compétition qui a répondu aux attentes que ce soit au niveau des enseignements tactiques et de l'organisation qui a su être à la hauteur, que ce soit au niveau du spectacle et de l'engouement.

Afrique

CAN 2019 - Qui de l'Algérie ou du Sénégal succédera au Cameroun ?

Le Sénégal et l'Algérie se retrouvent ce vendredi 19 juillet 2019 au Caire pour la finale de la 32e… Plus »

Plus de: CAF

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.