19 Février 2019

Congo-Brazzaville: Négociations Congo-FMI - Derniers réglages avant la signature d'un accord

Les principaux points de blocage ont pu être levés, avec notamment un compromis autour de la restructuration de la dette publique du pays, a indiqué, le 19 février à Brazzaville, l'administrateur du Congo auprès de l'institution financière, Mohamed-Lemine Ould Raghani, signifiant qu'il subsiste quelques aspects techniques à peaufiner.

Mohamed-Lemine Ould Raghani est en mission de consultations avec les autorités congolaises, pour présenter l'état d'avancement du dossier censé aboutir à la conclusion d'un programme de réforme macroéconomique soutenu par l'institution de Bretton Woods. C'est à ce sujet qu'il a été reçu mardi par le ministre des Finances et du budget, Calixte Nganongo.

« Les relations entre le FMI et la République du Congo se portent bien. Concernant le programme en termes de préparatif, l'essentiel est déjà fait. Il y a une bonne compréhension de l'utilité d'avoir un programme et des mesures importantes ont été prises au niveau national pour améliorer la gouvernance financière », a déclaré Mohamed-Lemine Ould Raghani, ajoutant que les négociations se sont bien déroulées dans l'ensemble.

Des aspects techniques « classiques » restent à régler et portent essentiellement sur le budget de l'État et les réformes structurelles. Si un arrangement a pu être trouvé avec certains partenaires sur l'épineuse question de la dette, le gestionnaire du dossier congolais a fait savoir que la prochaine étape consiste à trouver des moyens pour le traduire dans les « projections ».

Mais, pour le moment, aucune échéance n'a été fixée par les deux parties. « Je pense que nous sommes dans une bonne dynamique et il y a bon espoir pour que le partenariat se concrétise entre le Congo et le FMI. Cependant, je ne peux au stade actuel donner une date précise. Sur le fond, il n'y a plus d'obstacles mais, sur la forme il y a quelques points qu'il faut régler pour qu'une solution soit trouvée à brève échéance », a-t- il indiqué.

En rappel, les négociations entre le Congo et le Fonds monétaire intérieur (FMI) ont débuté en octobre 2017 et ce, dans le but de permettre au pays de relancer son économie affectée par la baisse des revenus pétroliers. Pendant cette période, le gouvernement a engagé un certain nombre de réformes liées à la gouvernance et aux finances publiques. Parmi les avancées dont a fait allusion l'administrateur, l'on peut citer le processus de la bancarisation des recettes fiscalo-douanières, l'interconnexion des régies financières pour le suivi des dépenses, l'audit de la dette intérieure, le recadrage macroéconomique, etc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.