Nigeria: Elections - La commission électorale au centre des critiques

Photo d'illustration

Au Nigeria, quel avenir pour la commission électorale, après le report in extremis des élections générales ?

Alors que la tension est montée d'un cran, cette semaine, entre les deux principaux partis qui s'accusent mutuellement de vouloir saboter le scrutin de samedi, la société civile interroge l'avenir de la commission électorale (INEC).

Ce report n'est pas le premier depuis le retour de la démocratie en 1999, il y a urgence à réformer l'organisation.

Le report des élections générales d'une semaine a surpris, mais il n'a rien d'étonnant. La commission électorale n'en est pas à son premier renvoi, comme l'explique Idayat Hassan, directrice du Centre pour la démocratie et le développement, un institut de recherche basé à Abuja.

« Ça devient presque une triste habitude depuis 2011. Cette année-là, les élections avaient été interrompues en plein milieu de la journée alors que les populations votaient, explique la chercheure. En 2015, elles ont à nouveau été repoussées, en raison de problèmes sécuritaires. Et cette fois encore, moins de 5h avant le début du scrutin.

Mais là, nous avions reçu la garantie de l'Inec que tout était en place. D'après ce qui a été dit, ils connaissaient les problèmes 3 ou 4 jours avant le début du scrutin. L'annoncer 24h avant aurait suffi pour repousser le jour du vote. Je crois qu'ils n'ont pas réalisé l'ampleur de la tâche. »

Des appels à la démission du président de l'INEC

Plus de 84 millions d'électeurs, 72 candidats à la présidentielle et plus de 4 000 autres candidats, après le report in extremis du scrutin, beaucoup ont appelé à la démission du président de la commission électorale. Pour l'avocat et militant des droits de l'homme Femi Falana, ce n'est pas une solution.

« En l'état, cela pourrait même compliquer le problème. Quelle que soit la personne qui reprendrait la direction de l'INEC, il dirait avoir besoin de temps supplémentaire pour organiser de bonnes élections. Ce n'est pas une option.

Ces reports perpétuels indiquent plutôt qu'il faut des réformes électorales en profondeur, détaille-t-il. Elles ont d'ailleurs été recommandées par trois rapports gouvernementaux successifs. Y compris par l'administration Buhari. »

Compte tenu de ces reports répétés, le SERAP, un important groupe d'ONG a annoncé vouloir poursuivre en justice les autorités, une fois le scrutin passé.

Depuis le report, le pays vit au ralenti

Le report d'une semaine des élections générales au Nigeria a plongé le pays dans l'incertitude. De nombreux électeurs ont dû voyager dans de loin, pour rejoindre leurs circonscriptions d'origine.

Plusieurs entreprises avaient fermé leurs portes, par prévention, à cause du scrutin et n'ont pas rouvert depuis. Depuis une semaine, le pays vit au ralenti, en particulier dans la capitale économique, Lagos.

C'est une grosse perte. Le peu d'argent que j'ai, je le dépense ici, en restant à la maison. J'ai décidé de rester au moins un mois, pour être auprès de ma famille. Car s'il y a des violences, je serais présent pour les protéger.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.