Afrique: Blanchiment d'argent - Quatre pays africains proposés dans la liste noire de l'Union européenne.

La commission européenne a adopté la semaine dernière, une nouvelle liste des pays tiers dont les dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont jugés insuffisants.

Selon un communiqué publié par la commission, 23 pays tiers présentant des carences stratégiques dans leurs cadres de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme se retrouvent sur cette liste.

Contrôle renforcé

Il s'agit en l'occurrence de l'Afghanistan, la Samoa, le Bahamas, le Botswana, la République populaire démocratique de Corée, l'Éthiopie, le Ghana, le Guam, l'Iran, l'Iraq, la Libye, le Nigeria, le Pakistan, le Panama, le Porto Rico, l'Arabie saoudite, le Sri Lanka, la Syrie, la Trinité-et-Tobago, la Tunisie, les Îles Vierges américaines et le Yémen. L'objectif de cette liste, prévient la commission, "est de protéger le système financier de l'UE en prévenant plus efficacement le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme". Ainsi, un "contrôle renforcé" sera appliqué par les banques et institutions de l'Union européenne sur les opérations financières provenant de ces pays. Basée sur une nouvelle méthode "plus stricte" conformément aux critères la 5e directive anti-blanchiment entrée en vigueur depuis juillet 2018, cette liste a été dressée après une "analyse approfondie" de 54 pays et territoires "prioritaires".

A risque élevé

On constate dans cette liste, la présence de quatre pays africains considérés comme à risque élevé en matière de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme. Ce sont : le Nigeria, le Ghana, le Botswana et la Libye. Ces pays ont été ciblés en des lacunes stratégiques dans leurs régimes de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Cette mesure s'inscrirait dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent après plusieurs scandales impliquant des banques de l'UE. En cas de validation de la nouvelle liste par tous les Etats membres de l'institution européenne, ces quatre pays pourraient rejoindre l'Ethiopie mais également la Tunisie, pays inscrits en février 2018, sur cette liste noire. D'un autre côté, l'institution a annoncé le retrait de l'Ouganda de la liste. Si l'inscription sur la liste noire de l'UE ne déclenche pas de sanction envers les pays en cause, elle permet à l'institution d'exercer certaines pressions, en obligeant par exemple les banques européennes à appliquer des contrôles renforcés sur les opérations financières impliquant des clients ou des établissements financiers dans ces pays. Cette liste sera normalement soumise à un vote d'approbation dans un mois.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.