19 Février 2019

Congo-Kinshasa: La Faculté de Psychologie de l'Unikin présente le projet - "Maladie à virus Ebola et Santé Mentale des survivants"

La dévastatrice maladie à virus Ebola demeure une préoccupation majeure aussi bien pour les Médecins congolais et du monde entier que les Psychologues qui ne ménagent aucun effort pour réfléchir sur son éradication, mais aussi et surtout la santé mentale des survivants de ce virus.

C'est partant de cet intérêt général que la faculté de Psychologie et des Sciences de l'Education de l'Université de Kinshasa, en collaboration avec l'Université d'Ottawa, au Canada, a procédé hier, mardi 19 février 2019, à la présentation du Projet de recherche sur la « Maladie à virus Ebola et Santé des survivants ». La salle du Conseil de la faculté de Médecine de cette alma mater a été le cadre choisi pour abriter cette activité à laquelle, plusieurs personnalités scientifiques étaient présentes. Parmi tant d'autres, les Doyens des Facultés de Psychologie et Sciences de l'Education, ainsi que de Médecine, pour ne pas citer le Représentant de la Cellule de la coopération et des relations internationales de l'Université de Kinshasa ainsi que le célèbre Médecin congolais, le Docteur Muyembe Tamfum.

Quintessence

«Dans ce projet, nous voulons juste sensibiliser la population à la maladie à virus Ebola. Nous sommes inquiets, quand nous remarquons que cette épidémie revient sans fin dans notre pays. C'est pour cela, nous, Psychologues, nous nous sommes assigné la noble tâche de sensibiliser la population congolaise à changer de comportement, des mentalités. Notre apport dans ce projet c'est plus, la prise en charge psychosociale. La maladie à virus Ebola est une maladie psychosociale. Donc, nous devons sensibiliser la population au changement de comportement», explique le Professeur Jacqueline BUKAKA, Psychoclinicienne et Coordonatrice dudit projet. Il sied, en effet, d'indiquer qu'elle travaille en étroite collaboration avec l'Université d'Ottawa, au Canada, et deux autres Universités qui appuient le projet, l'Université de Lubumbashi, en RD. Congo ainsi que l'Université McGill de la République Française.

A en croire ce Professeur, du reste, Chercheuse en Clinique des violences et traumatisme, la finalité de ce projet vise, à tout dire, la réduction des risques d'infections à virus Ebola, en fournissant aux décideurs politiques, aux organisations et intervenants locaux, nationaux et internationaux et Chercheurs divers, des données fiables sur le facteur des risques et les conséquences de cette maladie. « Nous voulons savoir comment la population perçoit l'épidémie à virus Ebola, et l'aider à changer spécialement le comportement pour éradiquer une fois pour toutes cette épidémie», soutient-elle. Et de marteler : « nous devons prendre consciences qu'il y a réellement cette épidémie à virus Ebola, dans notre pays.

Nous devons passer au changement. Il ne suffit pas que les Médecins passent pour nous donner les médicaments ; commençons par changer nos mentalités. Quand on nous demande de ne pas manger des bêtes qui sont mortes en forêt, nous devons obtempérer ». Dans sa présentation du projet à l'auditoire, le Professeur Jacqueline Bukaka signale, en passant, qu'il s'agit d'une initiative d'un groupe de Professeurs. Elle cite deux Professeurs du Canada dont l'un est de l'Université de l'Ottawa et l'autre de l'Université McGill, ainsi qu'un Professeur de l'Université de Bourgogne, en France.

Question d'intérêt public

Force est de souligner que pour le Professeur, alors le célèbre Médecin congolais Muyembe Tamfum, la maladie à virus revêt bel et bien un aspect psychosocial. Et pour ce faire, il estime que l'initiative mise en exergue au travers ce projet vaut son pesant d'or. «La maladie à virus Ebola a longtemps été considérée comme un problème médical. C'est plutôt un problème socioculturel. L'expérience vécue le démontre », appuie le Professeur Muyembe Tamfum. Selon lui, le problème est complexe. Il conseille, sans faux- fuyants, aux Chercheurs de ce projet de se limiter dans le temps et l'espace. « La population a besoin de nous. Je vous encourage dans cette recherche », a-t-il conclu son mot, devant l'auditoire présent dans la salle.

Quant au Doyen de la faculté de Psychologie et des Sciences de l'Education, il est évident que la santé mentale demeure une préoccupation majeure. «C'est un projet extrêmement encourageant. Au sein de la Faculté de Psychologie, j'encourage tous les collègues qui ont ce genre des projets. Depuis longtemps, on a considéré la maladie à virus Ebola comme relevant seulement du domaine médical. Il y a pourtant l'aspect culturel et social qu'il faut prendre en compte. D'où, il faut associer les Psychologues. C'est pourquoi, d'ailleurs, il y a le Professeur Muyembe Tamfum qui, lorsqu'il va dans ses exploitations, il est toujours accompagné d'un Psychologue de notre faculté. La recherche est d'abord théorique avant de devenir empirique et pratique », a-t-il ajouté. Dans la foulée, le Professeur Pascal Pagabama, Représentant de la Cellule de la coopération et des relations internationales de l'Université de Kinshasa a exprimé le grand espoir de la réussite de ce projet d'intérêt général.

«C'est une recherche qui est à ses débuts. Il faut dire que c'est un projet de qualité, parce qu'en tant qu'un ancien de l'Université Laval, au Canada, j'ai une expérience du SCRDI (le Centre de recherche pour le développement international). Ce centre a des critères très rigoureux de sélection des projets. Donc, le fait que ce projet ait été sélectionné, il est de très grande qualité», reconnait-il. Et de clore son mot : «nous sommes conscients que compte tenu du partenariat avec d'autres institutions nationales, plus précisément l'INRB qui était représentée par le Professeur Muyembe Tamfum, et internationales, les résultats auxquels ils arriveront seront certes concluants et pourront participer à l'accroissement des savoirs dans le domaine de la santé et plus particulièrement, du virus d'Ebola ». En tout état de cause, il convient de signaler que le projet durera deux ans et est financé par SCRDI.

Congo-Kinshasa

Le nom du Premier ministre est trouvé

Le nom du Premier ministre congolais sera connu la semaine prochaine, a annoncé le président Félix… Plus »

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.