20 Février 2019

Congo-Kinshasa: Taxe minière - Le FPI nie les accusations de corruption

En République démocratique du Congo (RDC), la polémique continue sur la nouvelle taxe exigée par le Premier ministre sortant, Bruno Tshibala, aux entreprises minières, qu'elles doivent payer au Fonds de promotion de l'industrie (FPI), lequel soutient les industries locales.

Le 18 février, la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) s'est insurgée contre la nouvelle taxe minière qu'elle juge illégale.

L'argent du Fonds de promotion de l'industrie (FPI) va dans la poche des hommes politiques, accuse la Licoco. Faux, rétorque Robert Ngoya Mubiala, directeur juridique du FPI.

Le Fonds de promotion de l'industrie, qui est un organisme public, a un cahier des charges. La Licoco ferait mieux d'approcher le FPI pour voir ce qui est fait dans le détail.

🇨🇩 #RDC Le gouvernement sortant, officiellement démissionnaire, continue de prendre des mesures. Bruno Tshibala, premier ministre sortant, veut instaurer une taxe minière.👉https://t.co/LmVI9FFlMe

🎧Ernest Mpaparon, président de la Licoco au 🎤@soniarolley#RFImatin #Afriquematin pic.twitter.com/h0C4iYURye

RFI (@RFI) 19 février 2019

Congo-Kinshasa

Le nom du Premier ministre est trouvé

Le nom du Premier ministre congolais sera connu la semaine prochaine, a annoncé le président Félix… Plus »

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.