20 Février 2019

Angola: Le pays veut l'autosuffisance alimentaire dans cinq ans

Luanda — Le ministre d'Etat au Développement Economique et Social, Manuel Nunes Júnior, a déclaré mardi, à Luanda, aux hommes d'affaires britanniques que l'un des principaux objectifs de l'Angola était de parvenir à l'autosuffisance en production alimentaire au cours des cinq prochaines années.

Manuel Nunes Júnior, qui répondait à une question d'un membre de la mission entrepreneuriale du Royaume-Uni qui séjourne depuis lundi à Luanda, sur les besoins d'investissement dans le pays, a invité les Britanniques à participer au processus de diversification de l'économie en investissant dans l'agriculture pour atteindre cet objectif.

Le ministre d'Etat a indiqué que les hommes d'affaires britanniques peuvent parier sur le secteur agricole angolais, car le pays possède des sols fertiles et des ressources en eau abondantes.

Il a informé que plus de 70% de la production agricole du pays provenait de l'agriculture familiale, ce qui est important pour la création d'emplois et la lutte contre la pauvreté dans les zones rurales.

En plus de l'autosuffisance alimentaire, le ministre a souligné la nécessité d'accorder une attention particulière aux relations de coopération dans les domaines de l'éducation et de l'enseignement supérieur, compte tenu des progrès réalisés par le Royaume-Uni dans ces domaines.

Concernant la stabilité macroéconomique, il a dit que l'Exécutif s'efforçait de faire en sorte que l'Angola n'ait plus de déficits publics et que les soldes des comptes publics soient nuls ou excédentaires.

Il a toutefois souligné que les mesures prises par l'Exécutif au cours de l'année écoulée ont permis de réduire le déficit budgétaire de 6,3% en 2017 à un excédent de plus de 1% en 2018.

En 2016, il y avait un déficit de 3,7% du produit intérieur brut (PIB) et en 2017, un déficit de 6,3%.

Les déficits systématiques de l'Angola ont entraîné une augmentation du niveau de sa dette, la dette publique étant passée de moins de 30% du PIB en 2013 à plus de 70% du PIB en 2017.

En ce qui concerne le taux d'inflation, il a indiqué qu'il était en baisse, se situant à 18,21% en 2018, alors que le budget général de l'État pour cette année-là affichait un taux de 28%.

Il a également dit que les arriérés de paiements en devises étaient en cours de régularisation et que les engagements du pays en devises commençaient à être honorés régulièrement.

Le gouvernant a déploré le fait que les relations de coopération entre les deux pays soient toujours très concentrées sur le secteur pétrolier et gazier et a souligné l'objectif de l'Angola de mettre fin à la dépendance au pétrole et de construire une économie forte et durable.

Aujourd'hui, le pétrole représente environ 95% des ressources d'exportation et plus de 70% des recettes fiscales du pays.

Les ministres de l'Economie et de la Planification, de l'Education, du Tourisme, de l'Energie et de l'Eau, des Transports, de l'Agriculture et des Secrétaires d'Etat aux Ressources Pétrolières et Minérales, et de la Construction et Travaux Publics ont assisté à la réunion avec des entrepreneurs et hommes d'affaires britanniques.

Les entrepreneurs britanniques en Angola font partie de l' « Invest Africa », la principale organisation britannique spécialisée dans le soutien aux entreprises et le développement de stratégies d'investissements destinées aux leaders d'affaires, investisseurs et aux entrepreneurs.

Son réseau mondial compte plus de 440 membres, y compris des multinationales, des investisseurs privés, des gestionnaires de fonds, des décideurs politiques et des entrepreneurs.

Angola

Cosafa Cup 2019 - L'Angola se retire

A 4 jours du début de l'édition 2019 de la COSAFA Cup à Durban, les organisateurs annoncent le… Plus »

Copyright © 2019 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.