Cameroun: SIDA, cancers pédiatriques, infertilité...les chantiers sanitaires de la première dame

Fidèle à son credo, Mme Chantal Biya mène une bataille farouche contre de nombreuses maladies, depuis des décennies.

Sa générosité, sa grandeur d'âme et son engagement humanitaire sont bien connus. Des qualités qui, dans le domaine de la lutte contre le Vih/Sida en particulier, lui ont valu, depuis le 1er juin 2015, le titre d'ambassadrice spéciale de l'Onusida. Les Camerounais ont découvert en mars 2014, une autre facette de l'épouse du président de la République. Elle est la marraine de la vaccination au Cameroun.

« Je l'ai rencontrée au cours d'une cérémonie. J'avais une minute pour la convaincre de soutenir ce projet. Elle a tout de suite dit oui, parce qu'elle a toujours eu à cœur la santé des petits Camerounais ». Dixit Najat Rochdi, ancienne coordonnatrice du système des Nations unies au Cameroun. Propos tenus lors de la cérémonie officielle d'introduction du vaccin anti-rotavirus dans le Programme élargi de vaccination (PEV).

« Ne laissez nulle place où la main ne passe et ne repasse », disait le laboureur à ses enfants, dans la célèbre fable de Jean de La Fontaine. Mme Chantal Biya semble s'être approprié cette recommandation dans le domaine de la santé, tant il n'y a aucune affection qu'elle néglige.

En dehors du Vih/Sida, l'épouse du président de la République est également sur différents fronts. Lutte contre la drépanocytose, les cancers pédiatriques, la drépanocytose, l'autisme, l'infertilité. Pour ce faire, elle a multiplié les formations hospitalières au sein de la Fondation Chantal Biya, pour un meilleur maillage des cas à travers le territoire national.

Il s'agit entre autres du Centre mère et enfant, du Centre hospitalier de recherche et d'application en chi rurgie endoscopique et reproduction humaine (Chracerh), du centre médical de Meyomessala. Concrètement,

Mme Chantal Biya œuvre pour la prévention des maladies endémiques à travers les vaccinations étendues pour les populations démunies, la promotion d'une nutrition adéquate et équilibrée, la prise en charge d'un nombre important de sujets drépanocytaires SS, la sensibilisation pour l'adoption de comportements responsables dans la santé de reproduction pour les adolescents, etc.

Pour faire face à différents fléaux, le Centre mère et enfant de la Fondation Chantal Biya (FCB) par exemple, abrite des spécialités pédiatriques pointues dont un hôpital de jour, une unité d'hémato-oncologie, une unité de cardiologie, les urgences, la réanimation, les soins intensifs et des blocs opératoires.

Le plateau technique de haut niveau qui y a été installé permet de prendre particulièrement en charge les enfants malades dans différentes spécialités, ainsi que la mère et l'enfant vivant avec le VIH.

Au-delà des situations relevant de ses champs d'intervention formels, Mme Chantal Biya n'hésite pas à venir en aide à des familles dans la détresse. C'est le cas avec sa contribution, il n'y a pas si longtemps, pour la prise en charge de bébés siamois nécessitant une opération de séparation.

Ou de cette fillette agressée sexuellement et dans le besoin d'une chirurgie réparatrice de ses organes génitaux. La sollicitude de Chantal Biya envers les malades est sans limite.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.