20 Février 2019

Cote d'Ivoire: Cohésion sociale - Mariatou Koné invite les guides religieux à rester en dehors de la politique

La ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Mariatou Koné a présidé mardi, à l'hôtel Palm Club à Cocody, la deuxième édition de la journée du Dialogue interreligieux.

Il s'agit d'un colloque annuel organisé par l'ambassade d'Israël en Côte d'Ivoire, en partenariat avec la fondation allemande Konrad Adenauer et le Centre de recherche politique d'Abidjan (Crpa). Le thème retenu pour cette deuxième édition est : « Dialogue interreligieux et les défis politiques et socio-économiques ».

Un thème qui a amené la ministre Mariatou Koné à lancer un appel, au cours de la cérémonie d'ouverture, à l'endroit des guides religieux.

« Les guides religieux ont une grande responsabilité dans le maintien de la paix sociale, par l'influence qu'ils exercent sur la société entière. Ils participent à la formation de l'esprit du tout jeune enfant et à l'éducation de l'adulte.

Pour cela, ils doivent être eux-mêmes des modèles de tolérance envers les autres religions », a-t-elle affirmé.

Avant d'ajouter : « Il me plait d'inviter les guides religieux à rester en dehors du champ politique, en se mettant au-dessus de la mêlée pour éviter l'instrumentalisation de leurs différentes chapelles ».

La ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, a aussi affirmé que « l'étroite collaboration entre le politique et les religieux devient une menace permanente pour la paix sociale, quand elle est sous-tendue par l'exclusion de ceux qui pensent, croient, militent ou votent autrement ».

C'est pourquoi, elle estime que le guide religieux doit pouvoir se mettre au-dessus des chapelles politiques et être un vecteur de cohésion sociale.

« Les relations entre les guides religieux et leurs fidèles doivent s'inscrire dans un contexte où il n'y a pas de discours à pousser à la haine ou à l'affrontement, avec les fidèles des autres religions », a-t-elle insisté.

Elle a aussi indiqué que le dialogue entre les différentes religions peut servir de fondement à l'apaisement du climat social et politique et donc de catalyseur du développement socioéconomique.

« La religion enseigne la fraternité, la solidarité, la tolérance, le pardon. Elle repose sur des valeurs qui unissent des êtres qui partagent le destin commun de l'humanité », a-t-elle soutenu.

Pour sa part, l'ambassadeur d'Israël en Côte d'Ivoire, Eli Ben-Tura, a indiqué que la cohabitation et la tolérance interreligieuse s'impose aujourd'hui, dans un monde aussi controversé. « C'est un grand défi pour nous de renforcer la voix du dialogue », a-t-il souligné.

Dans le même sens, Florian Karner, représentant résident de la Konrad-Adenauer Stiftung, par ailleurs directeur du programme dialogue politique en Afrique de l'Ouest, a affirmé que le défi pour sa structure est de contribuer à assurer une cohabitation pacifique entre ces différentes religions à travers un dialogue franc et constructif.

« Le monde est confronté à d'énormes défis sur le plan politique et économique. Les religions ne sauraient rester en marge de ces questions », a-t-il noté.

Deux panels ont suivi la cérémonie d'ouverture. Ils ont été animés par des hommes et femmes de trois religions révélées: le christianisme, le judaïsme et l'Islam.

Plusieurs acteurs politiques, guides et autres responsables religieux et autres membres de la société civile et des médias ont également pris part à ce colloque.

Cote d'Ivoire

Tournoi UFOA B-Dames - Le trophée pour le Nigeria

Pays organisateur du Tournoi UFOA B Dames, la Côte d'Ivoire affrontait le Nigeria en finale ce samedi au stade… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.