21 Février 2019

Madagascar: Trafic de pierres industrielles - Saisie de 30 tonnes de malachite

La gendarmerie a intercepté un camion chargé de trente tonnes de pierre industrielle. La cargaison allait être conduite à Toamasina

Belle prise de la gendarmerie nationale. Sur la RN 7 à la hauteur d'Antsirabe, lundi après-midi vers 14 heures, un camion rempli de malachite, est tombé dans les mailles des filets tendus par la Brigade de Police Routière (BPR), au sein de la compagnie territoriale. Le produit minier saisi est une cargaison de pierre industrielle à très forte valeur ajoutée une fois travaillée par les maîtres lapidaires. Aux États-Unis par exemple, l'ornementation en bronze du « Vase Demidoff », de style Empire, a été réalisé en 1819 en placage de malachite, monté en or moulu. Pour les Français, cette matière noble, qui s'identifie au luxe et au pouvoir, a une place à part entière notamment au château du Grand Trianon à Versailles, au « Salon des malachites ». La pièce a été d'ailleurs baptisée, « Salon de l'Empereur » sous Napoléon 1er.

Le camion, de marque Renault, intercepté à Antsirabe transportait trente tonnes de malachite. La cargaison trônait dans la remorque d'un camion en provenance de l'axe Sud, dont l'immatriculation est enregistrée au centre de mise en circulation de l'ex province de Toliara.

Exportation

De source auprès du commandement de la gendarmerie nationale, la malachite saisie appartiendrait à un opérateur économique chinois résidant à Toliara.

Des informations confirmées à demi-mot révèlent que la cargaison allait être acheminée à Toamasina lorsque le véhicule qui le transportait, a été stoppé dans son élan. La thèse selon laquelle les trente tonnes de malachite allaient être exportées est privilégiée, du fait que le marché national est très effacé alors que le produit est très recherché à l'échelle internationale.

La saisie de cette cargaison a ouvert les investigations sur un possible trafic de pierres industrielles. Un mode opérationnel raffermi, effectif au sein de la compagnie territoriale de la gendarmerie a fait ses preuves, d'où ce résultat.

En alerte de jour comme de nuit, selon les consignes, les éléments opérationnels ont reçu l'ordre de ne rien laisser au hasard dans l'exercice de leur fonction et de travailler avec professionnalisme et minutie. Il y a à peine une dizaine de jours, les mêmes gendarmes de la compagnie d'Antsirabe ont intercepté un camion transportant dix tonnes d'explosifs et cinq mille détonateurs. Pour cette affaire naissante, la gendarmerie a relevé des anomalies au niveau des papiers de la marchandise, d'où l'immobilisation du poids-lourd.

Le BPR, à Antsirabe, a établi un procès-verbal pour ensuite se dessaisir et transmettre l'affaire au service des Mines de la région Vakinankaratra.

La cargaison a été laissée aux bons soins de la brigade des mines qui l'a ensuite envoyée à Tana pour enquêtes approfondies auprès du ministère des Mines à Ampandrianomby.

Madagascar

Protection des Droits de l'Homme - Madagascar obtient le « Statut A »

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l'Homme (CNIDH) de Madagascar a passé l'examen du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.