Cameroun: Crise anglophone - Un mini bus attaqué par des hommes armés à Wum

Opérations de dédouanement conjointes avec des soldats camerounais (archive)
21 Février 2019

Un groupe armé a tenté d'intercepter hier (mercredi 21/02/2019, Ndlr) dans l'après-midi des véhicules escortés par l'armée, dont un mini bus qui se rendaient à Wum, dans la région du Nord-Ouest au Cameroun.

L'attaque n'a pas fait de blessés mais, de nombreux impacts de balles sont encore visibles sur le minibus attaqué, nous a confié un témoin qui a vécu la scène et qui se rendait Nyos.

Un des hommes armés portait un gilet pare-balles et «a longtemps échangé des coups de feu» avec un des militaires qui a riposté et a repoussé l'attaque.

Les régions anglophones du Cameroun sont régulièrement en proie depuis bientôt plus de deux ans à des hommes armés

On ignore encore l'identité des hommes armés qui ont attaqué ces véhicules escortés par les forces de l'ordre. Mais les autorités sont formelles : il s'agit selon elles, de séparatistes des régions anglophones du pays, précise une source sécuritaire.

Depuis le début de l'année, c'est la deuxième fois qu'une telle attaque contre un convoi se produit dans ce département. Le 22 janvier dernier, les séparatistes anglophones étaient parvenus à attaquer un véhicule et dépouillé les occupants à Ndop, située à 32 kilomètres de Bamenda.

Malgré les nombreuses pertes enregistrées ces dernières semaines dans les combats qui les opposent à l'armée, ces combattants affichent une détermination qui étonne nombre d'observateurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.