21 Février 2019

Sénégal: Non prise en compte de la famille dans les programmes des candidats - Les 13 «commandements» du Caucus des femmes leaders

Lors d'un atelier tenu hier, mercredi 20 février, à son initiative, en collaboration avec les représentants des 5 candidats à la présidentielle 2019, le Caucus des femmes leaders et ses partenaires (Article 19, Jamra, Enda) ont soumis à l'étude un document qui porte sur 13 points (de suggestion) non pris en compte par les prétendants à la magistrature suprême.

Ces points portent sur la famille, mais touchent essentiellement la situation de la femme dans la société sénégalaise, explique Fatou Sow Sarr, présidente du Caucus. Parmi ces points, on peut citer, entre autres, la situation des femmes allaitantes et enceintes en prison.

Mme Sarr déplore le fait qu'il y a des bébés qui naissent et grandissent dans les espaces de détention. Pour elle, les femmes enceintes devraient pouvoir bénéficier de peine alternative.

Il y a aussi l'allaitement exclusif des enfants car, pense-t-elle le lait maternelle est un aliment indispensable pour la croissance et l'évolution des enfants.

La prise en charge des maladies spécifiques, telles que le cancer, l'hypertension, le diabète et la prostate, préoccupe le Caucus, toute comme les personnes vivant avec un handicap qui doivent être prises en charge. Car, elles sont des citoyens à part entière et ont droit à l'éducation, à la santé, à avoir un travail décent.

La non réversion de la pension de la femme décédée à ses ayantsdroit est également décriée. Elle relève que les femmes fonctionnaires cotisent pour bénéficier d'une pension de retraite. Mais, en cas de décès, la pension est reversée à ses ayants-droit, si et seulement si le conjoint survivant n'est pas salarié.

Elle estime que priver la famille de sources de revenus d'une mère qui a cotisé régulièrement est une cause d'appauvrissement (de la famille) et de vulnérabilité des enfants. Le Caucus suggère des crèches pour les jeunes mamans travailleuses parce que ces dernières éprouvent des difficultés pour garder leurs enfants.

Dans ce cas, elles sont obligées de les amener avec elles, pour celles qui sont dans le secteur informel. Et cela peut avoir pour conséquence la contraction de maladies.

La lutte contre la violence et les viols et le droit de chaque enfant à la paternité sont un autre combat des femmes leaders qui rappellent que les viols se multiplient, avec comme conséquence des grossesses non reconnues.

Pour elles, les fonds de justices doivent être élargis aux femmes pour des besoins de tests ADN. Fatou Sow Sarr se dit satisfaite de cet atelier car «nous avons travaillé et échangé avec les représentants des cinq candidats de façon objective».

Sénégal

Eventuel retour de Khalifa Sall et cie au parti socialiste

Les «rebelles» du Parti socialiste (Ps), à savoir Khalifa Sall et sa bande avaient été… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.