Afrique: Fiscalité - Le Royaume-Uni veut rendre l'Afrique « moins dépendante de l'aide étrangère »

Londres envisage de décaisser quarante-sept millions de livres britanniques pour la mise en place d'un nouveau programme de lutte contre l'évasion fiscale. Ce programme permettra aux pays africains d'être moins dépendants de l'aide étrangère.

La nouvelle enveloppe financière devrait permettre de consacrer treize millions de livres (16,9 millions de dollars) aux centres régionaux d'assistance technique du Fonds monétaire international pour l'Afrique, dont 2,6 millions (3,3 millions de dollars) spécifiquement affectés à l'accroissement des recettes fiscales. 4,2 millions de livres sterling devraient également être alloués au Forum sur l'administration fiscale africaine.

« Ce nouveau soutien britannique aidera les pays à percevoir davantage d'impôts et les rendra moins dépendants de l'aide. Il va turbo-charger leur développement », soulignait, à cet effet, Penny Mordaunt, secrétaire d'Etat britannique au développement international. Il devrait permettre aux pays du continent de supporter l'augmentation de leurs dépenses en infrastructures, santé et éducation et de créer un environnement favorable à attirer les investissements étrangers, ajoutait-t-elle.

D'après la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, le continent perdrait chaque année cinquante milliards de dollars en raison de sorties financières illicites, dont une grande partie est liée à l'évasion et la fraude fiscales. En 2017, l'aide publique au développement, accordée au continent par les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques, se chiffrait à vingt-neuf milliards de dollars.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.