21 Février 2019

Algérie: Sonatrach - La raffinerie de Sidi R'cine d'Alger est un "énorme acquis"

- La réception jeudi de la raffinerie de Sidi R'cine (Alger) constitue un "acquis énorme" pour l'Algérie dans la mesure où elle pourrait passer d'un statut d'importateur de produits raffinés à celui d'exportateur à partir de 2021, a affirmé le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour.

La raffinerie de Sidi R'cine, constitue un "acquis énorme pour l'Algérie qui ne recourra plus à l'importation de produits raffinés, mais pourra, par contre, en exporter à partir de 2021", a indiqué M. Ould Kaddour, lors de la cérémonie d'inauguration de la raffinerie de Sidi R'cine, ayant connu une opération de modernisation.

"Nous avons mis beaucoup de temps pour relever le défi de réaliser ce projet, cependant, nous avons appris beaucoup de choses en termes de respect des délais de réalisation, de coûts et de qualité", a-t-il ajouté. A une question de la presse sur l'échéance de l'ouverture des plis du projet de réalisation d'une raffinerie à Hassi Messaoud, M. Ould Kaddour a indiqué que "cela se fera bientôt", sans donner plus d'informations.

S'agissant des changements opérés dernièrement au sein de Sonatrach, il a expliqué que cela s'inscrivait dans le cadre du rajeunissement des effectifs du groupe, déplorant l'interprétation négative que certains médias ont donnée à ces changements : "C'est une spéculation qui n'a aucun sens".

A noter que le coup d'envoi de cette nouvelle infrastructure a été donné par le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni et le P-dg de Sonatrach, et ce, en présence du Wali d'Alger, Abdelkader Zoukh et du Wali délégué de la circonscription de Beraki.

D'un coût d'investissement de 1,5 milliard de dollars, cette nouvelle raffinerie permettra d'augmenter les capacités de production de carburant de 3,6 millions de tonnes à 5,4 millions de tonnes par an, a précisé le vice-président de l'activité commercialisation à Sonatrach, Ahmed Mazighi.

Selon ce responsable, la réhabilitation de la raffinerie d'Alger s'inscrit dans un programme de réhabilitation des raffineries du Nord, a souligné M. Mazighi. Ainsi, pour répondre aux besoins nationaux en produis dérivés dont le gasoil, Sonatrach avait lancé en 2008 un vaste programme de développement de l'industrie du raffinage.

Ce programme est scindé en deux axes à savoir la réhabilitation des vieilles raffineries pour augmenter les capacités installées, ainsi que la réalisation d'autres, afin de rehausser les capacités de production et de traitement des produits dérivés pour répondre aux besoins nationaux, et en exporter les excédents.

Le plan de réhabilitation qui concerne les raffineries du Nord (Alger, Arzew et de Skikda) vise à fiabiliser la capacité existante, augmenter la capacité de traitement primaire de plus de 3,8 millions de tonnes par an, entre 2012 et 2019.

Il vise également à accroître la part relative de la production de carburants (essence et gasoil) par rapport aux produits primaires (naphta et fuel) et à adapter l'outil de production aux normes de consommation européenne (Euro V) aux normes de sécurité industrielles et aux normes environnementales, a ajouté M. Mazighi.

Expliquant la réhabilitation de la raffinerie d'Alger, le même responsable a d'abord rappelé que le français Technip avait remporté en décembre 2010 le contrat pour la réhabilitation de la raffinerie de Sidi R'cine.

D'une durée de 38 mois et d'un montant d'environ 963 millions de dollars hors taxes, il prévoyait que le groupe français réhabilite en partie l'installation pour augmenter de 35% sa capacité de production et lui permettre de produire des carburants aux normes internationales.

Toutefois, le groupe Sonatrach avait résilié en juin 2015 et de façon unilatérale ce contrat mettant en cause le français Technip qui n'a pas respecté ses engagements.

La Compagnie Sonatrach avait ainsi attribué le projet au groupe China petroleum Engineering and Construction (CPECC) en 2016, dont le contrat est estimé à 45 milliards de dinars. Cette raffinerie permettra ainsi de résorber quasiment le déficit en essence, estimé à 1,4 millions de tonnes, à partir du 2ème semestre 2019.

"L' Algérie n'importera plus d'essence à partir du second semestre 2019 ", a indiqué M. Mazighi, en soulignant qu'à partir de cette échéance, l'outil de production sera adapté aux normes de consommation européennes de consommation (Euro V) et aux normes de sécurité industrielle et environnementales.

Outre la réhabilitation de la raffinerie d'Alger, l'Algérie compte réaliser de nouvelles raffinerie à savoir la raffinerie de Hassi Messaoud et celle de Batna.

Algérie

L'Algérie serre davantage l'étau autour des camps

Les autorités algériennes ont renforcé un peu plus le blocus imposé aux camps de Tindouf en… Plus »

Copyright © 2019 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.