Burkina Faso: 26ème édition du FESPACO - Le festival va souffler ses 50 bougies sous le sceau du souvenir

22 Février 2019

Le 26ème festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou aura lieu du 23 février au 2 mars prochain. Gros plan sur une édition qui célébrera, sous le signe de la mémoire et du souvenir, le cinquantenaire de ce grand-rendez cinématographique du continent

Dans exactement trois jours, précisément le samedi 23 février prochain, le clap d'ouverture de la 26ème édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou sera officiellement donné, au stade municipal de Ouagadougou, dans une ambiance joyeuse.

Au Fespaco, c'est une tradition depuis de longues années, la cérémonie d'ouverture de la grand'messe du cinéma africain est toujours l'occasion de grandes réjouissances. Avec en toile de fond, la mise en lumière de la richesse culturelle du Burkina Faso.

Et beau clin d'œil à la Côte d'Ivoire, le groupe Magic System donnera, samedi, un concert live, qui s'annonce déjà époustouflant, vu le talent et l'expérience d'A'salfo, Manadja, Goudé et Tino, ainsi que de leur orchestre «Les super gaous».

Cette année, le festival, qui a pour thème «Mémoire et avenir des cinémas africains», se veut plus grandiose, puisqu'il célèbre son cinquantenaire. Justement, au programme de ce Fespaco 2019, figures des activités dédiées spécialement à son cinquantième anniversaire.

Il s'agit entre autres de la présentation du livre collectif sur le cinquantenaire du Fespaco (1969- 2019) et du beau livre historique qui retrace, par des images, des portraits et des reportages, les grands moments et les figures marquantes de l'histoire du FESPACO. Deux ouvrages conçus et édités, à l'initiative de la délégation générale du Fespaco.

Au rayon « cinquantenaire », il faut aussi ajouter une exposition photos et archives, qui permettra aux festivaliers de revivre les grands moments du festival et de percevoir l'évolution des cinémas d'Afrique en rapport avec le FESPACO.

Ce 26ème Fespaco fera également une place importante à la réflexion avec notamment le colloque qui regroupera des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel, des professionnels des médias, des chercheurs, des hommes de lettres, des autorités politiques, des étudiants, etc., les 25 et 26 février, autour du thème : « Confronter notre mémoire et forger l'avenir d'un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité».

Les débats seront, sans doute, enrichissants, au regard de la pertinence du sujet qui cristallisera les discussions. 124 films en compétition officielle dont 10 de la Côte d'Ivoire L'un des moments forts de ce Fespaco 2019 sera, sans contexte, le 19ème marché international du cinéma et de la télévision (Mica), qui ouvrira ses portes le dimanche 24 février.

Il sera meublé, naturellement, par des expositions avec des stands entreprises cinéma/audiovisuel, stands pays, stands institutions partenaires, stands diffuseurs et vendeurs ; une vidéothèque online ; un espace de rencontres et de discussions thématiques entre acheteurs, vendeurs, producteurs, distributeurs, diffuseurs et réalisateurs ; des conférences thématiques des partenaires ; des forums de coproduction Afrique - Europe ; un forum de films d'animation ; une plateforme de présentation de projets et de Networking ; des rencontres B2B, B2C, etc. ; et des projections à la carte.

Environ 40 exposants et 500 visiteurs professionnels sont attendus à ce 19e MICA, selon les organisateurs. Le Fespaco, c'est surtout le programme professionnel, avec la compétition officielle qui est l'épicentre de l'événement.

Au total, 124 productions sont en lice pour des prix dans sept catégories, soit 48 films de fiction (longs et courts métrages), 36 documentaires (longs et courts métrage) ; 16 films des écoles africaines de cinéma et de l'audiovisuel ; 12 séries TV et 12 films d'animation.

La Côte d'Ivoire y compte 10 représentants dont deux films de fiction (un long et un court métrage); deux documentaires (un long et un court métrage) ; un film d'animation ; deux films des écoles de cinéma et trois séries TV. C'est sur ces films que reposent les chances ivoiriennes de glaner des trophées dans la capitale burkinabé.

Bien plus, parmi les 20 longs métrages de fiction en compétition pour l'Etalon d'or de Yennenga, la distinction suprême du Fespaco, figure un film ivoirien « Résolution ». Réalisé par Boris Oué et Marcel Sangne, deux jeunes réalisateurs formés à Marrakech au Maroc, il raconte le drame d'une jeune femme en proie à une violence conjugale inouïe...

Hommage aux cinéastes disparus, marché, colloque, expositions photos, présentations d'ouvrages, projections de films, concerts.

En marge de la compétition officielle, le Fespaco 2019 revisitera, à travers une sélection spéciale pour la célébration de son cinquantenaire, les classiques des cinémas d'Afrique et de la diaspora, les films emblématiques des 50 dernières années.

De même, le festival fera une rétrospective des films étalons d'or de Yennenga, et donnera, à l'occasion, aux cinéphiles de revoir les films restaurés du patrimoine des cinémas d'Afrique et de la diaspora.

Sans oublier le panorama long métrage, qui permettra de diffuser 23 films issus du continent et de la diaspora, dont « Hakili » de l'Ivoirien Adama Coulibaly.

Ou encore la sélection « Découvertes » avec 12 films venus d'Europe (Allemagne, Belgique, France) et d'Amérique du Nord (Canada, Etats-Unis) ; et les « Séances spéciales » au cours desquelles six films seront projetés.

Enfin, le Fespaco 2019 rendra hommage à des cinéastes disparus depuis la dernière édition, il y a deux ans, notamment Idrissa Ouédraogo et Missa Hébié ... pour ne citer qu'eux.

Près de 200 films seront présentés au cours de plus de 350 séances de projection dans les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Ouahigouya.

En plus des projections de films, des spectacles musicaux et diverses animations sont prévues au village du Fespaco, installé au siège du festival, à la Place de la Nation et à la Maison du peuple.

Pendant une semaine le 7ème art va s'éveiller, dans une ferveur totale, à Ouagadougou, qui s'apprête à accueillir du beau monde, à savoir 15 ministres africains en charge du cinéma et de l'audiovisuel, 10 présidents ou directeurs généraux des institutions internationales et/ou régionales (UNESCO, Union Africaines, Union Européenne, OIF, CEDEAO, UEMOA, Conseil de l'Entente, etc.), 20 structures nationales des cinématographies d'Afrique et de la diaspora ; 90 représentants de festivals à travers le monde ; 300 organes de presse ; 2500 professionnels des médias (journalistes, communicateurs, critiques, photographes) ; 3000 professionnels des métiers du cinéma.

Le Fespaco 2019 refermera ses portes le samedi 2 avril prochain, cette fois au Palais des sports de Ouaga, qui abritera la cérémonie de clôture. Laquelle sera marquée par la proclamation du palmarès du festival. YS Le siège du Fespaco ne désemplit pas pendant le festival.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.