22 Février 2019

Cote d'Ivoire: De retour de Paris - Alassane Ouattara annonce la fermeture des camps de réfugiés au Ghana et au Libéria

Après un séjour à Paris et en Ethiopie où il a participé au 32e sommet de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, le président Alassane Ouattara a regagné Abidjan hier.

Il a été accueilli par le vice-président, le Premier ministre, le ministre d'Etat, ministre de la Défense et plusieurs autres ministres. Face à la presse, Alassane Ouattara a fait le point de sa tournée

Je viens d'effectuer une mission à Paris où j'ai eu un entretien avec le président Emmanuel Macron, le vendredi 15 février 2019.

Cet échange se situe dans le cadre des échanges réguliers que nous avons. C'est la cinquième fois que nous nous rencontrons depuis sa prise de fonction. La dernière fois, c'était après le centenaire de l'Armistice à Paris.

Ceci nous a donné l'occasion de faire le point des relations bilatérales mais aussi des questions régionales et internationales, notamment le dernier sommet de l'Union africaine à AddisAbeba qui a eu lieu du 9 au 11 février.

Bien évidemment nous avons passé beaucoup de temps sur les questions relatives aux relations de coopération entre la Côte d'Ivoire et la France. Nos relations sont excellentes, je dois dire qu'elles sont même exemplaires.

Nous nous sommes félicités des progrès importants réalisés en Côte d'Ivoire dans la mise en œuvre de certains projets spécifiques. Nous avons deux projets importants avec la France depuis la visite du président Macron en novembre 2017 à l'occasion du sommet Union africaineUnion européenne.

Le premier, il s'agit de la ligne 1 du métro, long de 37,5 km. Le deuxième projet aussi important, c'est l'académie régionale de lutte anti-terroriste prévue à Jacqueville. Je lui ai dit que pour ces deux projets, nous devons accélérer les choses.

Nous avons quelques financements complémentaires à développer en Côte d'Ivoire pour aller plus vite. J'ai donné des instructions au Premier ministre à cet effet. Compte tenu de la situation sociale en France, j'ai apporté mon soutien et mes encouragements au président Macron.

Nous avons convenu que c'était une crise difficile. Il m'a expliqué que cela était une accumulation de plusieurs choses qui datent de plusieurs décennies.

Je l'ai encouragé à approfondir les discussions qu'il a entamées pour arriver à un apaisement du climat social. Avant la France, j'étais à AddisAbeba où j'ai pris part au 32e sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine.

Ce sommet était placé sous le thème : « l'année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées internes vers des solutions durables au déplacement forcés en Afrique ».

Evidemment, ce sommet était important avec la fin de la présidence du président Paul Kagamé du Rwanda qui a été remplacé, par élection, par le président Abdel Fattah al-Sissi, le président de la République arabe d'Egypte.

Avec lui, nous sommes convaincus qu'il effectuera une visite en Côte d'ivoire durant le courant de cette année 2019.

Nous avons, à l'occasion de ce sommet, examiné les rapports sur la réforme institutionnelle de l'Union africaine, sur la zone de libreéchange continentale africaine et aussi la mise en œuvre de la décision de la conférence sur les négociations post-Cotonou concernant l'Union européenne.

Par ailleurs, comme vous le savez, j'ai été désigné par mes pairs en janvier 2017 comme champion pour le suivi de la mise en œuvre de l'agenda 2063 de l'Union africaine et de son premier plan décennal 2014-2023.

J'ai donc présenté mon premier rapport d'étape au cours de ce 32e sommet. L'agenda 2063, je le rappelle, est un instrument stratégique qui permet de voir ce que sera l'Afrique dans un demi-siècle, à partir de 2013, c'est-àdire pour 2063.

C'est une vision qui s'opérationnalise à travers des plans décennaux qui permettront aux Etats, aux communautés économique régionales, par exemple la CEDEAo, et aux organes de l'Union africaine de préparer et de mettre en œuvre les programmes de développement à court et à moyen termes. Je me réjouis de l'accueil qui a été réservé à ce rapport.

Je voudrais féliciter l'équipe dirigée par le vice-président qui a travaillé sur ce dossier en relation avec la ministre du Plan, Kaba Nialé, qui était à Addis-Abeba avec nous. Moi, je souhaite que les Etats de l'Union africaine puissent harmoniser leur plan de développement pour les intégrer à court terme dans l'agenda 2022- 2063.

C'est ce que nous faisons en Côte d'Ivoire puisque nous travaillons actuellement sur un plan 2021- 2030 qui coïncide avec le plan des Nations Unies. En marge de cette 32e session ordinaire, j'ai pris part au 28e forum des chefs d'Etat et de gouvernement du Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP).

Au cours duquel nous avons présenté le rapport d'évaluation de la Côte d'Ivoire. Deux autres pays étaient concernés. Notre pays a signé le protocole d'adhésion de manière volontaire en janvier 2015. Il reste encore une vingtaine de pays qui n'ont pas encore souscrits. Nous les avons encouragés à se soumettre à cet exercice.

C'est une très bonne chose parce que c'est un dispositif de contrôle réciproque visant à favoriser la bonne gouvernance en Afrique. Il a pour objectif d'encourager les états membres de l'union africaine à adopter des mesures conduisant à la stabilité politique, à la croissance économique, au développement durable ainsi qu'à l'accélération de l'intégration économique sous régionale et continentale, avec le partage d'expérience et le renforcement des meilleures pratiques.

Les membres de l'équipe du MAEP en charge de la Côte d'Ivoire ont fait une évaluation compète sans complaisance de la gouvernance dans notre pays.

Ils ont relevé un certain nombre de domaine où des efforts devraient être faits par le gouvernement tout en saluant les efforts importants accomplis par notre pays au cours des dernières années. Nous avons reçu les félicitations de tous les chefs d'Etat qui sont intervenus.

Nous devons ce rapport à monsieur Ally Coulibaly, ministre de l'Intégration et Bernard Konan qui est le point focal du MAEP en Côte d'Ivoire. Durant mon séjour à Addis-Abeba, j'ai eu une rencontre, à sa demande, avec le nouveau président de la République démocratique du Congo, SEM Félix tshisekedi et aussi avec le nouveau président de la République de Madagascar, SEM Andry Rajoelina.

Ces deux chefs d'Etat nouvellement élu tenaient à venir se présenter à nous, mais aussi s'inspirer de ce que la Côte d'Ivoire a réalisé en quelques années malgré la crise post-électorale et la situation que connaissait le pays en 2010-2011. J'ai expliqué au président tshisekedi que le plus important c'était la paix et la sécurité.

Je lui ai dit de s'inscrire dans cette voie. Je crois qu'il est fortement engagé dans cette voie. Au président Rajoelina, je l'ai encouragé à faire en sorte que le pays puisse exploiter ses ressources. Car il y a 40 ans, le pays était parmi les pays les moins sous-développés en Afrique. Malheureusement, aujourd'hui, le taux de pauvreté atteint 80%.

J'ai vu que c'était quelqu'un de très engagé, de très déterminé. Je pense qu'ils feront tout pour sortir leur pays des difficultés que les populations rencontrent. J'ai rencontré aussi le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi Berne.

Ce dernier a félicité notre pays avec la manière exemplaire dont nous avons traité cette question. Ce qui a abouti au retour en Côte d'Ivoire de la quasi totalité des réfugies de la crise postélectorale, près de 96 à 97%.

Avec lui, nous nous sommes mis d'accord pour procéder à la fermeture des camps au Ghana et au Libéria avant la fin de cette année 2019.

Je demanderai au ministre des Affaires étrangères et au ministre chargé de la cohésion de saisir les Nations unies. Je suis très heureux d'être de retour et de reprendre le travail dès demain matin.

Cote d'Ivoire

Zéphirin Diabré - «Si Blaise Compaoré veut aider, il ne faut pas le décourager»

C'est une lettre qui fait sensation au Burkina Faso. Depuis son exil de Côte d'Ivoire, le président… Plus »

Copyright © 2019 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.