Somalie: Retour au pays de 171 soldats burundais de l'Amisom

Photo: AMISOM
Soldats de l'Amisom.

En Somalie, la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) poursuit son plan de retrait. En décembre dernier, l'Union africaine avait demandé aux autorités burundaises de retirer un millier de soldats de son contingent en Somalie. A Gitega, nouvelle capitale administrative du Burundi, on continue de contester mais en attendant, 171 soldats burundais ont bien quitté la Somalie, samedi 23 février.

C'est la deuxième fois, cette semaine, qu'un contingent de soldats burundais quitte la Somalie. Ils sont désormais près de 400 à avoir rejoint le Burundi sur les 1 000 attendus, d'ici au 28 février. Conséquence immédiate de cette réduction d'effectifs, les militaires burundais autorisés à poursuivre les opérations sur le territoire somalien doivent céder certaines de leurs positions aux militaires somaliens.

Le pouvoir burundais continue d'exprimer ses réticences. Dans une lettre datée du 20 février, l'ambassade du Burundi à Addis-Abeba interpelle le département Paix et Sécurité de l'Union africaine. Elle qualifie ce redéploiement de « dangereux » et dit craindre la dispersion du contingent burundais ce qui - poursuit le texte - le rendrait très vulnérable.

D'après les experts, la présence militaire burundaise en Somalie constitue une rentrée de devises pour le régime burundais accusé de détourner les soldes de ses militaires pour renflouer ses caisses. Le bras de fer entre le pays et l'UA n'est donc pas terminé mais l'AMISOM ne fléchit pas.

Conformément à la résolution prise par le Conseil de sécurité de l'ONU, en juillet, de nouveaux rapatriements de soldats dans leurs pays d'origine sont prévus ce dimanche 24 février, lundi et mardi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.