25 Février 2019

Afrique de l'Ouest: Le Nigeria et le Sénégal dans l'attente des résultats de l'élection présidentielle

Les deux pays ont organisé le scrutin les 24 et 25 février. Au Nigeria, les actes de violences ont été signalés et un grand retard dans le déploiement du matériel, tandis qu'au Sénégal, le camp du chef de l'Etat sortant, Macky Sall, a déjà revendiqué la victoire.

Au Sénégal, les résultats officiels des commissions de recensement des votes devront être publiés dans chaque département avant mardi à midi, puis, à l'échelle du pays par la Commission nationale de recensement au plus tard le 1er mars à minuit. Bien que les dépouillements soient toujours en cours, la coalition présidentielle, par la voix du Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, se déclarait en mesure de revendiquer la victoire.

S'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe, les deux principaux rivaux de Macky Sall avaient mis en garde contre toute proclamation prématurée de la victoire du camp présidentiel.

« A ce stade, un second tour s'annonce et les résultats qui sont déjà compilés nous permettent de le dire », a déclaré l'ancien Premier ministre, Idrissa Seck, qui s'est présenté pour la troisième fois à la présidentielle. Pour sa part, le député Ousmane Sonko a estimé que dans l'état actuel du dépouillement, aucun candidat ne peut se proclamer vainqueur de l'élection présidentielle.

Néanmoins, les comptages sont toujours en cours. 6,7 millions de Sénégalais étaient appelés aux urnes pour élire leur président. Cinq candidats sont en lice : le président sortant, Macky Sall ; Madické Niang, ancien ministre de la Justice sous plusieurs gouvernements ; Issa Sall, du Parti de l'unité et du rassemblement ; Ousmane Sonko, le candidat du Pastef (Patriotes du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité) et Idrissa Seck pour la coalition Idy 2019.

Au Nigeria, le vote s'est poursuivi dimanche dans certaines régions du pays. Le Pr Mahmood Yakubu, président de la commission électorale, a affirmé: « Nous sommes déterminés à prendre en compte le vote de chaque nigérian ». Après le dépouillement, les données ont été acheminées dans les locaux de la Commission électorale, dans chacun des Etats du pays. Elles devraient être ensuite centralisées au centre national de collecte à Abuja.

Pendant ce temps, les deux principaux partis s'accusent mutuellement. Le Parti démocratique du peuple (PDP) accuse la Commission électorale de retarder l'annonce des résultats pour permettre au président sortant, Muhammadu Buhari, de les modifier en sa faveur, notamment dans les Etats du nord.

L'APC, parti au pouvoir, indique de son côté que le PDP cherche à diffuser de faux résultats. Le président de la Commission électorale a rappelé que seule son institution est habilitée à proclamer les résultats.

« Certains résultats des bureaux de vote sont rendus publics. Permettez-moi de rappeler la loi, selon laquelle seule la Commission électorale nationale indépendante peut comptabiliser les données, annoncer les résultats et déclarer les vainqueurs des élections générales. J'exhorte toutes les parties prenantes à respecter strictement les dispositions de la loi », a précisé le président le Pr Mahmood Yakubu.

Afrique de l'Ouest

Le groupe Ecobank retrouve la stabilité

La 31e Assemblée générale ordinaire d'ECOBANK, s'est tenue le jeudi 25 avril 2019 à… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.