Afrique: Conakry - Tenue du premier Forum des personnes sourdes d'Afrique

27 Février 2019

"Autonomisation des personnes sourdes: défis et perspectives sur le plan de l'Education, la formation professionnelle et l'emploi" est le thème du premier Forum Panafricain des Personnes Sourdes d'Afrique tenu du lundi 25 au mercredi 27 Février 2019 à Conakry.

Cette panafricaine qui a réuni 13 pays du continent a pour objectif de permettre un large échange entre les experts sourds Africains et les autorités de certains pays africains sur les questions concernant l'éducation des personnes sourdes en Afrique mais aussi de mettre en place un Forum International Africain permanent des sourds qui se réunira tous les 2 ans.

Dans son discours, Alpha Boubacar Diop Président du Réseau Guinéen des organisations des personnes vivant avec un handicap pour la promotion de la convention sur les Droits des personnes vivant avec un handicap (ROPACIDPH) a dit que l'école et l'éducation est l'un des moyens de qualification de l'homme.

"Elle confère à l'homme des capacités pratiques lui permettant de résoudre des problèmes de la vie. Pour les personnes sourde et malentendante, l'accès aux services éducatifs à tous les niveaux représente un droit et aussi le meilleur moyen à lui donner pour lui permettre de développer au maximum son potentiel", a-t-il indiqué.

De son côté, Eloi Kouadio IV directeur pays adjoint du programme des nations unies pour le développement (PNUD) a dit que le thème de ce Forum est important car, selon lui, il constitue un appel à un éveil des consciences autour des enjeux fondamentaux liés à l'inclusion des personnes vivant avec le handicap, de la surdité.

Aux dires de ce diplomate onusien,une telle démarche permet de rester en phase avec le principe essentiel qui gouverne l'atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Avant de terminer, il a réitéré l'engagement de son institution à soutenir les efforts du gouvernement Guinéen en matière de prise en charge et facilités offertes aux personnes vivant avec un déficit auditif ainsi que, toutes les initiatives allant dans le sens de l'autonomisation et de la défense des droits et intérêts des personnes vivant avec handicap en Guinée et sur le continent.

Prenant la parole, Mme Diaby Hadja Mariama Sylla, Ministre guinenne en charge de l'Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l'Enfance a fait savoir que la Guinée a connu des avancées significatives sur la prise en compte des personnes vivants avec handicaps.

Elle a cité notamment, l'ouverture d'une école de sourd à Boulbinet en 1964 permettant la scolarisation des enfants et le Centre de Formation Professionnelle de Donka dans divers métiers.

Poursuivant, elle affirme que de nombreux défis restent encore à relever.

À l'en croire, c'est pour relever ces défis que son ministère s'engage entre autres à finaliser les textes d'application de la loi sur la promotion des personnes vivants avec handicap et la production de matériels didactiques en langue des signes et à faire la promotion de la représentation des personnes vivants avec handicap dans les structures de prise de décision à tous les niveaux et à démarrer du programme National d'Inclusion et d'Autonomisation des personnes handicapées qui cible toutes les catégories du handicap.

Au nom du chef de l'État, Docteur Diané Ministre d'Etat, chargé de la défense nationale et des affaires présidentielles a dit que la dignité de tout être humain est sacrée et que chaque être humain est inestimable et nul n'est insignifiant dans la vie.

"C'est à juste titre que l'article 5 de la constitution Guinéenne, stipule: la personne humaine et sa dignité sont sacrées, l'Etat a le devoir de les respecter et de les protégée", a-t-il rappelé.

Et dans cette optique que la loi portant protection et promotion des personnes vivants avec handicap a été adoptée et promulguée.

"Cela démontre la volonté de l'État à réduire les inégalités sociales entre les citoyens de la Guinée", a-t-il renchéri.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.