Burkina Faso: Mémorial Thomas-Sankara - A samedi pour découvrir la statue et les bustes

Statue géante Thomas Sankara

Le projet Mémorial Thomas-Sankara fait son petit bonhomme de chemin avec la découverte de la statue de la figure mythique de la révolution et les bustes de ses 12 compagnons d'infortune prévue le samedi 2 mars 2019 sur le site du Conseil de l'entente.

L'annonce de cet événement, placé sous le parrainage conjoint du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, et de l'ancien président ghanéen J.J. Rawlings, a été faite hier au cours d'une conférence de presse à Ouagadougou.

En marge du FESPACO, le comité international Mémorial Thomas-Sankara a prévu deux activités majeures : une conférence publique animée par l'ancien président ghanéen J.J. Rawlings le vendredi de 15h à 18h à l'université Ouaga 1 Joseph Ki-Zerbo et la découverte de la statue du leader de la révolution burkinabè ainsi que les bustes de ses 12 compagnons assassinés le 15 octobre 1987.

En annonçant ces activités, le SG du projet du mémorial, Luc Damiba, a tenu à rappeler les idées chères au président Thomas Sankara : édifier un Burkina nouveau, soutenir la lutte des Noirs pour leur émancipation, promouvoir l'égalité homme/femme, sauvegarder l'environnement, promouvoir le développement endogène basé sur les ressources propres. Quid des portées stratégiques du projet qui les occupent actuellement ? Elles sont au nombre de quatre :

- la sensibilisation politique de sorte que tout le monde s'approprie les idées du révolutionnaire quitte à les améliorer et à les remodeler à sa convenance ;

- l'éducation dans tous les domaines en vue de fédérer tous les types d'amour pour l'icône à travers les images, les discours, les actes ... ;

- la science en faisant du mémorial un espace de productions intellectuelles.

Le projet ne se limite pas au site du Conseil, il y a notamment la viabilisation de la ceinture verte de Ouagadougou.

En plus, des sites secondaires seront réalisés à Bobo-Dioulasso, à Pô, à Ouahigouya, à Téma Bokin et à Dori. A Ouagadougou, outre le site du Conseil, il y aura le cimetière de Dagnôen et la cour familiale du défunt à Paspanga qui verront des réalisations.

Au sujet de la polémique relative aux réserves de la famille de Sankara sur le site retenu, le rescapé du 15 octobre 1987, Alouna Traoré, a assuré que ce débat est derrière nous, car la figure mythique, qui n'appartient plus à sa famille biologique, est désormais universelle.

«Le rêve de Sankara se nourrit de l'effort de tous et tout ce qui se fait en son nom se fait avec la force de la conviction », a-t-il dit avant de marteler : «Le soleil s'est couché au Conseil de l'entente et il se lèvera au Conseil de l'entente».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.