Afrique: Journée mondiale sans Facebook - Un moyen pour lutter contre l'addiction à la cyberdépendance

Célébré le 28 février de chaque année, l'événement est une occasion de se déconnecter sur le réseau pendant vingt-quatre heures afin de consacrer le reste de son temps à d'autres activités.

2,13 milliards d'utilisateurs actifs ont été invités hier à mettre en pause l'utilisation de leur réseau social préféré. L'objectif est de lutter contre la dépendance aux réseaux sociaux qui touche notamment les jeunes de 13 à 22 ans, voire les parents.

Bien que cela paraisse quelquefois difficile pour les internautes, cette commémoration semble utile pour tester son indépendance aux réseaux sociaux. Et y arriver aidera les internautes à prendre conscience que le smartphone et les réseaux sociaux ne sont pas si vitaux que ça. « Cette journée est l'occasion d'économiser de l'argent que l'on dépense tous les jours pour payer la connexion internet. Une belle façon de se rendre compte que toute votre vie ne tient pas à votre main ou à votre smartphone. Il y a mieux comme le fait de se retrouver entre amis, une balade touristique... », a déclaré un internaute.

La célébration de cette journée qui permet de s'en passer de Facebook n'a pas l'assentiment de tous. « De nos jours, je trouve impossible de passer toute une journée sans échanger sur les réseaux sociaux, notamment Facebook. Chaque jour, si je ne partage pas au moins une information, j'en reçois une car mon métier m'y oblige. Bref, un jour sans Facebook me déconnecterait du monde extérieur. Il suffit juste de savoir gérer son temps », a indiqué une web journaliste ayant requis l'anonymat.

La journée mondiale sans Facebook, souvent non respectée par les internautes, serait en réalité une journée sans réseau sociaux, sans smartphone et sans internet. En effet, elle sensibilise à la sécurisation nécessaire de l'outil qui est plutôt perméable à de nombreuses attaques et autres pillages d'informations.

Tagged:

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.