2 Mars 2019

Cameroun: Le SDF joue au chat et à la souris dans l'opposition

Il y a encore quelques jours, sur les antennes d'une chaîne de télévision au Cameroun, Joshua Osih affirmait que son parti allait travailler dans les prochains avec les autres formations politiques et le directoire du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) pour obtenir la libération des prisonniers politiques.

Saviez-vous que jusqu'à ce jour aucune démarche n'a été entreprise par ce parti politique depuis cette date. Aucune. Aucun haut responsable de ce parti n'a engagé une quelconque démarche pour rencontrer les prisonniers.

Or l'histoire nous apprend qu'en 1992, Maurice Kamto avait appelé les intellectuels à soutenir FRU Ndi et le SDF. Drôle n'est-ce pas pour ce parti qui pendant de longues années s'est positionné comme un parti de l'opposition.

Mais y a t'il quelque chose de surprenant dans cette démarche? En réalité Non pour tout observateur attentif de la scène politique camerounaise.

Souvenez-nous qu'aux lendemains de l'arrestation de Maurice KAMTO et autres, le secrétaire général du SDF, Jean Tsemelou affirmait clairement sur les antennes de la RTS à Yaoundé qu'ils ne travailleraient pas avec le MRC qui d'après lui n'était pas" une opposition responsable ". Qu'entends-il par opposition responsable il ne fournira aucune réponse.

Mais en vérité, le MRC également n'a manifesté aucun intérêt à discuter avec le SDF qui au sortir des élections avait validé l'élection truquée de Paul Biya.

Vous vous imaginez en Afrique un parti d'opposition validé l'élection d'un dictateur. Cela mérite des interrogations n'est-ce pas? On pourrait clairement y voir une collusion entre eux et le RDPC.

N'ayant pas soutenu le MRC dans sa démarche de " Non au hold-up ", le parti de Maurice KAMTO n'a pas trouvé utile de s'intéresser aux gesticulations verbales des responsables du SDF.

Mais en vérité le SDF fait un calcul cynique et même méchant. Grosse déception à l'occasion des élections présidentielles, ils ne se sont toujours pas remis du fait qu'un jeune parti comme le MRC s'est en quelques mois positionné comme le leader de l'opposition.

L'assise nationale du SDF ayant été déjà érodé par le RDPC au fil des années où ils n'étaient plus que cantonnés principalement dans la zone anglophone aujourd'hui en guerre. Dès lors, ils n'ont plus de base électorale.

Les scores de la présidentielle à l'ouest et dans le Littoral montrant que le MRC a presque ravi 90 % de leur électorat.

Ayant conscience de cette situation, ils sont prêts à coaliser avec le RDPC pour decapiter le MRC en espérant qu'au terme de ce processus les électeurs du MRC puisse se résilier à voter pour eux.

Même s'il faille saper la démocratie et les libertés publiques l'essentiel c'est que la bourgeoisie élitiste de ce parti puisse conserver ses positions dominantes dans le jeu de la démocratie make up avec Biya.

Cependant, ce que le SDF n'avait pas prévu et même le RDPC et autres, c'était l'effet boomerang de l'arrestation de Maurice Kamto et autres qui a boosté incontestablement la côte de popularité de ce parti et a fait de lui un acteur majeur voir incontournable dans le jeu politique.

Le capital de sympathie que Maurice KAMTO bénéficie auprès des anglophones par rapport au SDF rendant leur équation encore plus complexe.

C'est cette situation qui explique les déclarations multiples des responsables du SDF qui visiblement n'ont pas une position claire et semble vouloir protéger plus leurs intérêts que la démocratie.

Mais côté MRC même si on ne dit rien officiellement on semble indifférent face à l'attitude du SDF. Les liens obscurs entretenus par John FRU NDI avec le pouvoir de Paul Biya depuis plus d'une décennie semble avoir tué les valeurs socialistes de ce parti.

Cameroun

17 Militaires Tués À Darak - Une Journée De Deuil National Instituée

Un décret du président de la République signé le 17 juillet 2019 déclare le vendredi… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Africa Info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.