Cameroun: D'autres révélations sur l'arrestation abracadabrante de Maurice Kamto

Les USA et l'Europe mettent la pression sur le Cameroun

Ce que l'Union Africaine (UA) proposait et pourquoi le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) Maurice Kamto a décidé de reprendre avec les marches.

1- création d'un poste de vice-président successeur constitutionnel du président de la République au cours de la session parlementaire prochaine, lequel poste serait occupé par Maurice Kamto.

2- constitution d'un gouvernement d'union nationale avec un consensus égal entre Biya et le président Maurice Kamto;

3- modification du code électoral et de la constitution suivant les propositions de Maurice Kamto et des autres opposants, avant les prochaines échéances électorales.

4- assigner à Maurice Kamto la responsabilité de la résolution de la crise anglophone (proposition de l'ONU à l'Union Africaine).

5- programmer une prochaine élection présidentielle d'ici 3ans...

Le 20 décembre 2018 une délégation de cet instrument avait effectué une descente au Cameroun pour rencontrer les deux parties. Une délégation de la présidence avait porté le message de Paul Biya. Selon ce message il était d'accord des propositions. Elle a alors signé en son nom.

Maurice Kamto quant à lui avait clairement exprimé son refus du poste de vice-président, tout comme l'idée d'une succession constitutionnelle estimant que le poste de vice-président devait être attaché à celui du président depuis sa liste de candidature.

Pour ce qui est du gouvernement d'union nationale il a fait savoir à la commission que ça n'intéressait pas son équipe de faire partie d'un gouvernement d'esclaves et de futurs prisonniers. Cette décision n'a pas beaucoup plu à certains mais ils ont fini par comprendre l'enjeu.

Donc pour finir Maurice Kamto acceptait :

-- la responsabilité de résoudre la crise anglophone ;

-- la modification du code électoral et de certains aspects de la constitution ;

-- et l'organisation d'une prochaine élection d'ici 03ans ;

Au vue de la facilité avec laquelle le gouvernement de Biya avait signé les propositions sans s'opposer au moindre point il était clair que leur but était ailleurs. En effet il fallait maintenir Maurice Kamto dans l'attente et le silence jusqu'à ce qu'à la session de Mars le projet de loi sur la succession constitutionnelle du Président de la république par le Secrétaire général à la présidence passe...

Les gens se demandent pourquoi Maurice Kamto a engagé des marches alors qu'il y'avait déjà un accord pendant, alors qu'un mois plutôt de son retour d'Addis Abeba, il tenait discours "d'apaisement"; alors que quelques jours auparavant, il tenait une conférence de presse pour présenter ses propositions pour des modifications constitutionnelles et du code électoral.

À ce propos vous vous souvenez de cette conférence n'est-ce pas ? Il l'a tenue suivant les conseils de ses avocats à l'UA qui lui avaient demandés de rendre public ses propositions à des fins stratégiques.

Vous avez dû remarquer que dans ces propositions il faisait allusion à la création d'un poste de vice-président colistier du président et qui serait soit francophone si le président est anglophone soit anglophone si le président est francophone.

S'il y'a eu des marches (et il y'en aura encore) c'est que l'information sur la possible succession par Ferdinand Ngoh Ngoh est vite tombée dans ses oreilles par le canal d'un ministre dont je ne citerai pas le nom.

Le même ministre l'a rassuré de ce que le régime Biya n'entendait pas respecter les propositions de l'Union Africaine et que s'il ne faisait rien il se ferait trop tard après Mars.

De plus le président élu s'était très bien rendu compte que les entrepreneurs de la guerre dans le Nord-ouest- Sud-ouest (NoSo) n'entendaient pas y mettre fin de sitôt pour les multiples avantages que cela leur apporte sur le plan politique.

Enfin que l'administration-rdpc n'entendait pas respecter les accords des pourparlers de décembre.

Voilà, on a voulu niquer le peuple à travers son président élu. Or qu'est-ce qui n'est pas faisable dans les propositions qu'il a acceptées et que vous avez vous-même signées?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.