Afrique: Le «Monsieur Afrique» de Donald Trump entame une tournée sur le continent

Le secrétaire adjoint aux Affaires africaines des USA, Tibor Nagy

Tibor Nagy le « monsieur Afrique » du président américain Donald Trump a débuté ce lundi 4 mars une nouvelle tournée. Après l'Afrique de l'Ouest en fin d'année dernière, le secrétaire d'État adjoint des Etats-Unis pour les Affaires africaines, est attendu au Cameroun, au Rwanda, en Ouganda et en RDC. Il fait aussi deux étapes en Europe : en Belgique et en France où il a débuté sa tournée ce lundi. A cette occasion il s'est confié à RFI sur ses priorités et les grands dossiers du moment.

Le Cameroun est l'avant-dernière étape de la tournée africaine de Tibor Nagy, mais ce n'est pas la moindre de ses préoccupations. Le « monsieur Afrique » de Donald Trump y est attendu le 17 mars.

L'émissaire du président américain devrait inciter les autorités du pays à être « plus sérieuses » dans leur gestion de la crise du Cameroun anglophone. Les quelques mesures « symboliques » dit-il prises jusqu'à présent ne suffisent pas et la crise est « extrêmement grave » à ses yeux et ne cesse de s'aggraver. Tibor Nagy devrait également plaider en faveur de l'opposant Maurice Kamto et de ses co-accusés. Toujours en prison, ils doivent être fixés ce mercredi 6 mars sur leur demande de libération provisoire.

« Le gouvernement camerounais assure qu'il a été arrêté et emprisonné pour des raisons légitimes. Moi, je pense vraiment qu'il serait très sage de le libérer. Parce que ce soit vrai ou faux, il est perçu comme ayant été incarcéré pour ses activités politiques », explique Tibor Nagy.

Avis mitigé sur la RDC

Autre étape importante de cette tournée, la RDC où Tibor Nagy est attendu le 13. Au micro de RFI, il confirme que de « toute évidence » le processus électoral a été marqué par des « problèmes majeurs », ce qui explique notamment les sanctions annoncées récemment contre plusieurs responsables congolais. Mais il considère qu'avec le recul du long terme, ce processus marque tout de même une évolution « positive » avec le départ de Joseph Kabila et l'arrivée « d'un opposant à la tête du pays ».

Il estime qu'il faut désormais laisser « du temps » à Félix Tshisekedi pour « créer son propre espace politique », et n'exclut pas que la RDC puisse connaitre à terme un scénario à l'angolaise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.