Ile Maurice: Vindicte populaire - Quatre élus de la majorité en prennent plein la figure en moins d'un mois

Alors que Pravind Jugnauth est requinqué depuis que le Conseil privé de la Reine l'a déchargé de son lourd fardeau nommé MedPoint, il n'en demeure pas moins que les incartades de certains de ses lieutenants sont surveillées de près par des adversaires politiques. A l'instar du cas de l'ex-secrétaire parlementaire privé Kalyan Tarolah soupçonné de «rogue and vagabond» «dan karo kann» après avoir été pris en filature par des «adversaires politiques», (aux dires du député orange lui-même), le 1er mars.

Mais, il y a aussi ces cas où des députés de la majorité subissent les foudres du public. A commencer par Yogida Sawmynaden, le ministre de la Technologie, de la communication et de l'innovation (TCI) et colistier de Pravind Jugnauth au n°8 (Quartier-Militaire-Moka).

Le 19 février, lors d'une réunion de contestation organisée au siège de la Mauritius Tamil Temples Federation (MTTF), le ministre des TCI en a pris pour son grade. Comme rapporté par l'hebdomadaire Sunday Times, hier, et confirmé par une source proche de la fédération, présente ce jour-là, le ministre aurait été giflé, durant des échanges verbaux violents, par un avoué.

Contestataires

De son côté, Devarajen Kanaksabee, que nous avons interrogé hier et qui était également présent à cette réunion, explique que des contestataires au projet de la mairie et du gouvernement d'aménager une foire pour reloger des marchands ambulants de la Place Decaen, à proximité d'un temple tamoul à la gare de l'Immigration à Port-Louis, ont fait entendre leur voix.

«Des membres de la MTTF, des avocats et avoués, des membres du Tamil Council ainsi que le ministre Sawmynaden et un ingénieur de la mairie de Port-Louis étaient présents. L'objectif était que le ministre porte nos doléances à qui de droit. Malgré nos différents arguments et notre décision de tenir une manifestation le 22 février courant, le ministre a déclaré qu'on ne pourrait rien y changer puisqu'il s'agit d'une politique du gouvernement», raconte Devarajen Kanaksabee, un des porte-parole des contestataires.

Les échanges, poursuit-il, ont pris une tournure personnelle avant de finir en un «brouhaha». Notre interlocuteur a souhaité ne rien nous dire sur l'incident en question car les deux principaux concernés ne se sont pas exprimés sur le sujet jusqu'à présent. Et aucune plainte n'a été enregistrée à la police.

Il ajoute néanmoins que cette réunion a, au final, eu un dénouement positif puisque le lendemain même, ils ont été informés que la mairie et le gouvernement abandonnent le projet de foire à proximité du temple. Ce, même si des structures y avaient déjà été aménagées.

Il nous revient que Yogida Sawmynaden, après sa mésaventure, se serait entretenu avec le chef du gouvernement qui a, alors, tranché. Le ministre ainsi que l'avoué concerné que nous avons à maintes reprises essayé de joindre au téléphone, hier, sont tous deux restés injoignables pour une réaction.

La liste de parlementaires de la majorité qui subissent les foudres du public ne s'arrête pas là. Le 9 février, lors du rendez-vous pro-gouvernemental Citizen Support Unit Débark dans ou landrwa, qui s'est tenu au centre communautaire du Rivière-des- Anguilles, un député de la circonscription n°13 (Rivière- des-Anguilles-Souillac) aurait déguerpi en quatrième vitesse. Ce, après avoir été pris à partie par des mandants mécontents lui reprochant de se pointer uniquement devant les caméras de la MBC. Le député en question est, lui aussi, resté injoignable pour un commentaire, hier.

Par ailleurs, toujours en ce mois de février, il y a aussi eu l'épisode Bobby Hurreeram. Jeudi, l'ex-porte-parole du gouvernement promu Chief Whip a été giflé par un homme à Sainte-Croix. Ce dernier lui aurait ensuite volé sa chaîne en or. L'incident s'est produit lorsque le député de la circonscription n°12 (Mahébourg-Plaine- Magnien), qui était en compagnie de ses cousins sous une tente où des rafraîchissements étaient servis aux pèlerins, a essayé de s'interposer dans une dispute un peu plus loin, impliquant deux hommes et un de ses proches. Du moins, c'est ce que le ChiefWhip a raconté dans sa déposition à la police d'Abercrombie.

Comme quoi, il ne fait pas bon d'être député de la majorité et impopulaire en ce moment.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.