5 Mars 2019

Centrafrique: Les démissions s'enchaînent au sein du nouveau gouvernement

Photo: ONU/MINUSCA
Le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, et le Commissaire de l’Union africaine pour les questions de paix et de sécurité, Smail Chergui, lors d'une visite en République centrafricaine début janvier 2019.

En Centrafrique, le nouveau gouvernement nommé dimanche est loin de faire l'unanimité. Ce cabinet ministériel était pourtant voulu par les accords de paix de Khartoum signés à Bangui le 6 février dernier qui prévoyaient en effet la formation d'un nouveau gouvernement inclusif. Mais depuis deux jours, les démissions s'enchaînent.

Ce mardi matin, c'était au tour de Bertin Béa, leader du mouvement politique KNK d'annoncer sa démission du nouveau gouvernement. Une décision prise en concertation avec le bureau politique du parti et avec l'accord de l'ancien président François Bozizé.

Du côté des groupes armés, c'est la Seleka-Rénové qui annonce son retrait de l'accord de Khartoum.

Beaucoup de mouvements donc depuis dimanche surtout du côté des groupes armés qui dénoncent le manque de changement au sein du gouvernement et le non-respect de l'inclusivité promise dans l'accord, car un noyau dur d'une vingtaine de ministres proches du président Touadéra, en charge des ministères régaliens, est resté en place. Une petite dizaine de représentants des groupes armés a fait cependant son entrée.

C'est un mouvement de frustration qui se fait ressentir. Les groupes armés attendaient davantage de postes, et avec des portefeuilles plus importants. Mais dans l'accord de Khartoum ne figurent aucune mention de quota ni de précision sur le partage des ministères. C'est donc un bras de fer politique qui s'est engagé.

Appel à la retenue

Le Premier ministre centrafricain a fait une déclaration ce lundi. Il a affirmé que la nomination du gouvernement n'était que le début du processus. Des représentants des groupes armés se verront donner l'opportunité de rentrer dans les services de la présidence, de la primature ou encore dans les organes de suivi de l'application de l'accord. Selon les autorités, l'inclusivité ne consiste pas seulement à l'entrée dans le gouvernement, mais dans toutes les couches des organes décisionnels.

Sur le terrain, le FDPC aurait coupé la route nationale 1 en réaction à sa non-participation au gouvernement. Une journée ville morte a été décrétée hier dans la ville de Ndele. Globalement, la situation reste toutefois calme dans le pays. D'ailleurs, l'ensemble des acteurs, groupes armés comme gouvernement, appellent à la retenue et à la non-reprise des combats.

En savoir plus

Bagarre autour du nouveau gouvernement - La rançon du clair-obcur

Paraphé le 5 février 2019 à Khartoum et signé le lendemain à Bangui, l'accord de paix… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.