Cameroun: Le tribunal militaire veut assassiner Maurice Kamto

Les USA et l'Europe mettent la pression sur le Cameroun

Convoqué ce jour abruptement par le tribunal militaire alors qu'il était attendu demain, Maurice Kamto s'est vu indiqué par les magistrats militaires qu'ils sont compétents pour le juger ainsi que les autres personnes arrêtées.

Ce à quoi ses avocats et lui se sont à nouveau opposés.

Dans cette affaire devenue internationale, le secrétaire d'Etat américain en charge des affaires africaines a indiqué hier qu'il" serait très sage pour les autorités camerounaises de le libérer ainsi que les autres personnes arrêtées ". Un langage diplomatique qui cache en réalité une injonction.

Mais ce que le diplomate américain, Tibor Nagy ne sait pas c'est que le dossier de Maurice KAMTO est géré par deux incultes et ce n'est pas une blague: Ferdinand NGOH NGOH, élève très médiocre et toujours parmi les derniers à l'école qui ne doit sa place qu'à Chantal Biya et Paul Atanga Nji, un repris de justice qui n'a que le niveau du primaire.

Ces hommes auxquels il faudrait ajouter le voyou de Grégoire OWONA se rêvent déjà en dignes successeurs.

Ils préparent dans les coulisses une succession de gré à gré. Un projet auquel Maurice KAMTO s'oppose fermement. Ils veulent tout faire pour l'éliminer.

Après avoir voulu interdire le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) aux lendemains de l'arrestation de KAMTO, leur nouvelle stratégie est de bloquer les sièges, interdire les campagnes d'adhésion et actions civiques.

Ce dont ils n'avaient pas prévu c'était l'effet boomerang d'une arrestation de KAMTO. Selon plusieurs responsables politiques, à terme le clan veut interdire le MRC.

Si vous voulez faire aboutir ce projet souvenez de cette phrase: Quand un gouvernement rend les voix démocratiques et citoyennes impossibles, il ne reste plus qu'au peuple de prendre les armes pour se défendre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.