Libye: Un accord trouvé pour la tenue d'élections

Le chef du gouvernement d'union, Fayez al-Sarraj, et son rival, le maréchal Khalifa Haftar, ont convenu de l'organisation d'élections dans le pays, mais sans préciser de calendrier.

L'accord a été scellé à Abu Dhabi, sous l'égide de l'ONU, lors d'une rencontre entre les deux dirigeants libyens, a indiqué, dans un tweet, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul).

"Les deux parties se sont entendues sur la nécessité de mettre fin à la période de transition à travers des élections générales mais aussi sur les moyens de préserver la stabilité de la Libye et d'unifier ses institutions", a déclaré la Manul, sans établir un calendrier précis pour l'échéance.

Depuis la chute du régime de Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par des luttes d'influence que se livrent dans l'impunité la plus totale les nombreuses milices mais aussi les dizaines de tribus, composantes essentielles de la société libyenne. Sur le plan politique, deux autorités se disputent le pouvoir : le gouvernement d'accord national de Fayez al-Sarraj, établi par un accord parrainé par l'ONU et basé à Tripoli, et une autorité rivale installée dans l'est, contrôlé par l'Armée nationale libyenne (ANL) et dirigée par le maréchal Khalifa Haftar.

A l'initiative du président français, Emmanuel Macron, les deux chefs rivaux s'étaient rencontrés en mai 2018, à Paris. Il y était déjà question d'organiser des élections en décembre, mais sans qu'aucune partie ne s'y engage solennellement. Principal partenaire historique de la Libye, l'Italie avait organisé une conférence internationale à Palerme, en novembre de la même année, pour tenter d'opérer un nouveau rapprochement al-Sarraj et Haftar. Mais ce dernier, bien que présent à Palerme, avait boycotté les réunions.

L'annonce de ce nouvel accord par l'ONU intervient alors que le maréchal Haftar tente d'étendre son influence dans le pays. Il s'est lancé, en janvier dernier, à la conquête du sud, devenu un repaire pour les djihadistes et les trafiquants en tout genre. Cette opération vise officiellement, selon l'ANL, à "purger" la région "des terroristes et criminels", ainsi que des groupes rebelles tchadiens basés dans le sud libyen.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.