7 Mars 2019

Mauritanie: Le pays dissout 76 partis politiques

En Mauritanie, 76 partis politiques ont été dissous mardi soir selon un décret rendu public par le ministre mauritanien de l'Intérieur et de la Décentralisation. Une dissolution conformément à la loi sur les partis politiques.

Votée l'année dernière, la loi sur les partis politiques prévoit la dissolution de tout parti politique qui participe deux fois consécutives à une élection municipale sans atteindre un pour cent des suffrages exprimés. Le gouvernement de Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de mettre en application ce texte mardi soir alors que l'élection présidentielle approche.

Le pays ne compte plus que 28 partis au lieu de 107. Les formations politiques qui tombent sous le coup de la loi sur les partis appartiennent à la fois à la majorité et à l'opposition.

Des partis historiques dissous

C'est le cas du premier parti politique en Mauritanie, le Rassemblement pour la démocratie et l'unité (RDU). Le parti avait été créé en 1991, une année après la conférence de La Baule qui a initié le processus du multipartisme en Afrique. La Mauritanie s'était alors inscrite dans cette dynamique.

Le RDU a été fondé par l'une des grandes figures de la vie politique du pays, Ahmed Ould Sidi Baba, qui a été ministre dans le premier gouvernement du père de l'indépendance Moktar Ould Daddah en 1960 jusqu'au coup d'Etat de 1978.

Kane Hamidou Baba, une autre figure politique de la Mauritanie, cette fois chez les Négro-Mauritaniens, a vu son parti, le Mouvement pour la refondation, emporté par la loi sur les partis. Une des autres dispositions dans le texte est qu'en cas de non-participation deux fois de suite à un scrutin municipal, le parti politique sera aussi dissous.

Mauritanie

Dix pays potentiellement à risque, selon la Coface

En dix ans, le nombre de conflits a doublé en Afrique. La Compagnie française d'assurance pour le commerce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.