7 Mars 2019

Cameroun: Bières, boissons hygiéniques - Les acteurs invités à la table de la concertation

A l'issue d'une rencontre hier, le Mincommerce a instruit les entreprises brassicoles et les distributeurs de mener des négociations en vue de parvenir à des prix consensuels.

Depuis le 1er mars, la bière connaît une augmentation. Selon la nouvelle grille tarifaire publiée par la Cameroon Acohol Producers Association (Capa), il faut prévoir entre 25 F et 50 F en plus selon que le consommateur sollicite une bière brune, blonde, en petit modèle ou dans une canette. Une augmentation qui n'est pas du goût de tout le monde. Nombre d'associations des droits des consommateurs dénoncent une application incontrôlée de ces nouveaux tarifs. Dans les ventes à emporter, le prix de la bière a augmenté d'environ 100 F à 150 F pendant que dans les débits de boisson et autres établissements de loisirs, le client doit débourser entre 500 F et 1000 F de plus.

Bien loin des 32 F validés par le Mincommerce à l'issue des calculs fait par les différents acteurs en décembre dernier. C'est pour mettre fin à cette cacophonie que le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana a réuni autour de la table, les différents responsables des entreprises brassicoles, les distributeurs, les exploitants de débits de boisson et les associations de défense des droits de consommateurs. Pendant une concertation qui a duré près de 4 heures, les différentes parties ont confronté leurs arguments au sujet des nouveaux tarifs en vigueur pour les uns et décrier les abus pour les autres.

D'entrée de jeu, le Mincommerce a clairement dénoncé le non-respect des directives données en décembre dernier, relatives à l'élaboration par les sociétés brassicoles d'un barème de prix à officialiser. Ceci, suivant le respect de la loi du 22 décembre 2015, régissant l'activité commerciale au Cameroun et qui appelle une concurrence saine dans la fixation des prix des produits de première nécessité.

Comme bouclier de protection à ce chapelet de reproches, SABC, UCB et Guinness Cameroon ont évoqué la disposition de la loi de finances de 2019 sur l'activité brassicole. Dans un communiqué publié mardi dernier, le directeur général des Brasseries du Cameroun, Emmanuel de Tailly, a relevé l'incapacité à absorber une charge fiscale supplémentaire.

A l'issue des échanges, le Mincommerce a instruit une reprise des négociations entre les différentes parties. « Il s'agira de juger de la pertinence ou non d'une augmentation, d'en déterminer le niveau relativement aux différentes préoccupations » a-t-il indiqué. Pour l'heure, les prix en vigueur sont gelés sur instruction du Mincommerce.

Cameroun

La mort tragique des deux bébés tourmente le sud-ouest et le septentrion.

Martha continue de pleurer son nourrisson tué à Muyuka. Les infirmières quant à elles… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.