7 Mars 2019

Afrique: Conférence de «Africa Health 2019» - Le Sénégal absent des objectifs d'Abuja

Le Sénégal ne figure parmi les six pays africains qui ont atteint la barre des 15% en matière de financement de la santé sur le budget national annuel des Etats, selon la commission de l'Union africaine. Des chiffres ressortis lors de la tenue de la conférence de «Africa Health 2019» ouvert mardi dernier à Kigali qui prendra fin ce jeudi, l'attestent.

Si en 2001, les gouvernements africains s'étaient engagés dans la Déclaration d'Abuja à porter leurs dépenses de santé à 15 % de leur budget annuel, seuls six pays ont atteint ou dépassé cet objectif.

Le Sénégal est en revanche encore loin d'y être. Même s'il reste du chemin, le Sénégal tend vers cet objectif en augmentant chaque année le budget de ce département.

Selon le ministre du budget du Sénégal, lors du dernier marathon de validation budgétaire à l'Assemblée nationale avait laissé entendre : «de 2012 à aujourd'hui, 60 milliards ont augmenté sur le budget de la santé».

Concernant le taux alloué par le Sénégal à ce département, il reste dans la barre des 7%. « Si l'on fait le rapport de ce département par rapport au budget national, ça sera 198 milliards 900 millions FCfa qu'il faut rapporter à 2816 milliards. Ce qui nous donne strictement un taux de 7,1%», s'est-il défendu.

Pris sur l'angle du financement national par l'Etat, le Sénégal effectivement n'est pas encore au rendez-vous d'Abuja dont l'Afrique du Sud, le Rwanda y sont déjà depuis quelques années, selon la commission de la Cedeao. Un constat confirmé par l'Organisation mondiale de la santé (Oms).

D'un autre côté, si on fait le cumul du budget national alloué à la santé avec la participation des partenaires financiers nationaux et internationaux, le Sénégal est à 12% du budget national, selon le ministère de la santé et de l'action sociale.

Situation qui fera dire au ministre du budget : « comme mon collègue l'a dit, il faut aller au-delà de l'allocation du département et considéré qu'aujourd'hui que le Sénégal est dans l'objectif d'Abuja». Selon quelques experts financiers, le discours du ministre du budget est très explicite.

Toutefois dire que le financement de la santé pour le Sénégal est à 12% répondrait à l'objectif d'Abuja, c'est en quelque sorte distraire l'opinion publique.

Dans le rapport rendu par la commission de l'Union Africaine lors de l'ouverture de la conférence de «Africa Health 2019» ouvert mardi dernier à Kigali, six pays africains ont atteint la barre des 15% et même dépassé le seuil. Il s'agit du Rwanda (18,8%), le Botswana (17,8), le Malawi (17,1%), le Niger (17,8%), Zambie (16,4%) et le Burkina Faso (15,8%).

Face à la lenteur des pays à rejoindre le peloton de têtes de ces pays enrôlés dans l'objectif d'Abuja, la Ministre rwandaise de la Santé, le Dr Diane Gashumba, a exhorté mardi dernier lors de l'ouverture de ladite conférence internationale sur le programme de la santé en Afrique (Africa Health 2019) les gouvernements africains à unir leurs efforts pour financer les systèmes de soins sur le continent.

Organisée conjointement par Amref Health Africa et le Ministère rwandais de la Santé, la rencontre a réuni plus de 1.200 participants de plus de 35 pays selon un communiqué de Amref dont des ministres de la Santé, des dirigeants du secteur privé, des représentants de la société civile et des représentants d'organisations multilatérales, afin d'établir une feuille de route pour parvenir à la couverture sanitaire universelle en Afrique d'ici 2030.

Les dépenses en santé en pleine expansion

Pour cette première conférence de «Health Africa 2019», les acteurs ont souligné que les dépenses en matière de santé ont augmenté durant ces dernières années. D'où la nécessité d'accélérer l'accroissement du financement de la santé dans les pays africains.

«Bien que des avancées considérables aient été réalisées sur la même période pour étendre l'accès à des soins de santé de qualité sur le continent africain, il reste des défis cruciaux à relever», a déclaré la source.

Et de poursuivre : «les dépenses à la charge des patients ont augmenté dans presque tous les pays et la moyenne régionale est passée de 15 dollars par habitant en 1995 à 38 dollars en 2014. En conséquence, 11 millions d'Africains basculent chaque année dans la pauvreté en raison des sommes élevées qu'ils doivent débourser».

Afrique

Coupe du monde U20 - Les Sénégalais qualifiés en huitièmes de finale

L'équipe de football du Sénégal des moins de 20 ans (U20) s'est qualifiée pour les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.