7 Mars 2019

Angola: La ministre de la culture aborde la coopération dans divers domaines

Luanda — Des questions liées à la coopération et aux échanges dans les domaines de la recherche scientifique, de l'entrepreneuriat, du tourisme culturel, de l'éducation, de l'assistance sociale et de la santé ont dominé l'audience que la ministre de la Culture, Carolina Cerqueira, a accordée à une délégation d'experts Américains

S'adressant à la presse, à la fin de la rencontre avec les 11 spécialistes afro-américains présents dans le pays à l'invitation de l'Église de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le monde (Tocoiste), Carolina Cerqueira a affirmé que la coopération devait tenir compte de la disponibilité, de l'expérience et des moyens qu'ils peuvent mettre à la disposition afin d'établir un échange fructueux et profitable pour le développement culturel et spirituel des populations et, surtout, pour la récupération des valeurs civiques et spirituelles de la jeunesse.

La gouvernante a souligné le besoin urgent, au niveau des sociétés africaines, de promouvoir l'éducation, en particulier des jeunes, sur le mouvement de l'esclavage de l'Afrique vers les Amériques, en tant que moyen de rechercher conjointement des racines africaines dans la diaspora.

"Nous constatons qu'en Amérique, il y a des racines de sang des esclaves angolais qui ont quitté le pays il y a 400 ans, dont les descendants sont aujourd'hui des hommes d'affaires, des chercheurs, des enseignants et des politiciens prospères", a-t-elle déclaré.

Dans ce contexte, Carolina Cerqueira a défendu que les pays africains, et en particulier l'Angola, créent des liens de coopération, de solidarité et d'amitié pour profiter de l'expérience et du savoir, ainsi que les sentiments de cette communauté.

Interrogée sur la situation actuelle des églises dans le pays, la responsable a indiqué qu'il existait un nouveau cadre concernant les congrégations religieuses en Angola après l'approbation par l'Assemblée nationale de la loi sur la liberté religieuse de croyance et de culte.

La ministre de la Culture a expliqué que la loi établissait les paramètres et les conditions nécessaires à l'exercice d'une activité religieuse en Angola, dans la mesure où elle crée un cadre juridique favorable à une activité religieuse, en accord avec l'État démocratique, de droit et de défense des libertés et garanties fondamentales des citoyens.

Elle a précisé que, dans le cadre de l'opération Resgate, une action est en cours pour moraliser la société, créant ainsi les conditions permettant aux églises légales d'exercer jouer rôle et d'agir en faveur de la défense des intérêts de l'État, sur une base juridique qui respecte la souveraineté et les principes fondamentaux et ne permet pas aux églises illicites et non cartographiées de se livrer à un culte ou à d'autres activités hors de la loi.

La gouvernante a annoncé qu'environ deux mille églises avaient été fermées pendant l'opération Resgate, dont l'action se poursuivra dans la même tranquillité et le même esprit de responsabilité et de mission.

Pour la ministre, l'exercice d'une religion devrait être au service de la paix, de la fraternité, de la solidarité et du développement du pays.

Angola

L'Angola utilisera des satellites français

L'Angola utilisera des satellites d'observation français dans le cadre d'un accord signé récemment… Plus »

Copyright © 2019 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.