8 Mars 2019

Soudan: Manifester malgré l'état d'urgence

Photo: Sudan News Agency
Des manifestants à Khartoum

Deux semaines après l'état d'urgence décrété par Omar el-Béchir, de nouvelles manifestations ont eu lieu jeudi 7 mars dans la capitale Khartoum. La mobilisation est un peu plus faible, mais des centaines de Soudanais ont tout de même bravé l'interdiction. D'autant plus que la semaine dernière, huit personnes ont été condamnées à plusieurs années de prison pour participation à ces manifestations désormais interdites.

Malgré l'état d'urgence, les manifestants sont descendus dans la rue. Des rassemblements plus petits, plus éparpillés, pour obliger les forces de sécurité à se disperser, selon les dires d'un manifestant.

Hier une quinzaine de rassemblements a eu lieu dans différents quartiers de la capitale, ainsi qu'à Omdurman. Dans les cortèges se trouvent de nombreuses manifestantes, en cette veille de la journée de la femme.

Les forces de sécurité ont procédé à des interpellations, notamment à l'Université nationale dans le centre de Khartoum, explique Ayman, un manifestant qui a été arrêté il y a quelques semaines : « La police a fait une descente à l'université vers midi alors que les étudiants étaient rassemblés et s'apprêtaient à aller manifester. La police leur a tiré dessus avec des gaz lacrymogène, puis ils ont arrêté tous ceux qui se trouvaient en dehors du bâtiment. Ils ont arrêté entre 50 et 60 étudiants qui avaient commencé à marcher. Les étudiants sont toujours ceux qui manifestent en premier et donc le gouvernement a peur d'eux. »

L'association des professionnels soudanais, organisateurs de ces marches, a également changé de tactique pour éviter qu'il y ait de trop d'interpellations. Les contestataires sont appelés à participer depuis chez eux à un concert de casserole chaque jour à 20h pendant cinq minutes.

En savoir plus

Formation d'un comité d'urgence pour étudier le droit d'urgence

- La Législature Nationale, présidée par le Prof. Ibrahim Ahmed Omar, a formé un… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.