8 Mars 2019

Cameroun: Fer à béton,tôle et peinture - Débat autour des importations

Une concertation organisée par le Mincommerce mardi à Yaoundé pour trouver une issue au problème d'entrées massives décriées par les fabricants locaux

La production nationale de fer à béton, tubes, tôles et autres cuves est largement suffisante pour combler la demande locale. De ce fait, les acteurs de la filière se plaignent du phénomène des importations massives, malgré la suspension des importations du fer à béton. Face à ce qu'ils considèrent comme un frein au développement du secteur, les fabricants locaux ont fait appel à l'arbitrage du ministre du Commerce (Mincommerce).

C'est l'enjeu de la concertation qui a réuni autour du ministre Luc Magloire Mbarga Atangana, les acteurs de la filière sidérurgie, métallurgie et les associations des droits des consommateurs mardi dernier à Yaoundé.

Occasion pour les producteurs de faire un état des lieux du secteur et de présenter leur capacité de production. Pour les produits comme les tubes, on estime à 30 000 t la quantité produite localement pour une demande de 14 000 t. En ce qui concerne les tôles, 38 000 t sont produites alors que la demande nationale est estimée à 21 000 t.

Aucune raison donc pour les entreprises de Btp et autres constructeurs de recourir aux importations. Si ces matériaux existent en quantité sur le marché local, il se pose tout de même un problème de qualité. Le président de la ligue des consommateurs, Delors Magellan Kamgaing a évoqué le cas du fer, des clous et des tôles qui se tordaient à la moindre manipulation.

Ce qui d'après lui justifierait le recours aux matériaux importés. D'où l'exhortation du Mincommerce à une production de qualité pour une plus grande compétitivité de l'offre locale. Même plainte chez les fabricants de peinture. Jadis do miné par deux principales marques, le secteur connaît désormais une grande diversité.

Ce qui justifierait la présence de la peinture importée et parfois contrefaite. Interrogée sur la qualité de la peinture et des autres matériaux de construction vendus sur le marché, l'Agence des normes et de la qualité a précisé que des normes ont été conçues, pour réguler la qualité des produits commercialisés.

Cependant, il revient aux différents producteurs de s'y conformer. Pour le secteur de la peinture pour lequel les normes n'ont pas encore été élaborées, Luc Magloire Mbarga Atangana a demandé aux acteurs de se rapprocher de l'Anor afin d'élaborer les normes devant régir leur secteurs de manière concertée. D'autant plus que d'après lui, les industries de la métallurgie, de la sidérurgie et de la peinture participent de la politique d'industrialisation du pays.

Pour toucher du doigt les problèmes posés par les fabricants locaux, une mis sion interministérielle va bientôt effectuer une descente sur le terrain. « C'est à l'issue de cela qu'on verra les mesures à prendre relativement à l'esprit des orientations présidentielles en matière de contrôle des importations tout en préservant l'industrie locale », a déclaré le Mincommerce.

Cameroun

L'enquête promise devrait être indépendante

Des militaires camerounais ont semé la terreur dans la région anglophone du Nord-Ouest le 15 mai 2019,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.