Seychelles: Un Sri-Lankais plaide coupable pour pêche illégale - La cour suprême des Seychelles impose une amende de 14 000 dollars

La Cour suprême des Seychelles a condamné vendredi le capitaine d'un navire de pêche sri-lankais à 14 600 dollars (200 000 SCR) pour pêche illégale dans les eaux des Seychelles.

Le 5 novembre 2018, Kaluharath Keerthirathan, un ressortissant sri-lankais, a plaidé coupable à des accusations de pêche sans licence étrangère.

Le capitaine dispose d'un mois pour payer l'amende, tandis que l'état doit confisquer tout engin de pêche ou de poisson à bord du navire Subapathum.

Lors de la condamnation, le juge Melchior Vidot a déclaré que, même s'il avait pris en compte tous les facteurs atténuants de cette affaire, «il n'en reste pas moins que ce type d'infractions est en train de devenir trop fréquent. C'est une violation de la souveraineté des Seychelles et il faut y remédier de toute urgence. "

Il a ajouté que l'accusé avait plaidé coupable, ce qui avait permis à la Cour de gagner du temps et à lui de gagner du crédit, ce qui avait été pris en compte.

Keerthirathan peut faire appel dans les 30 jours ouvrables.

Dans le même temps, six ressortissants sri-lankais sont détenus dans une affaire distincte aux Seychelles, un groupe de 115 îles de l'océan Indien occidental, après que le navire à bord duquel ils se trouvaient a été intercepté dans les eaux de la nation insulaire alors qu'il était soupçonné de pêche illégale.

Le bateau enregistré au Sri Lanka a été intercepté par le navire de patrouille «Topaz» de la Garde côtière des Seychelles au cours d'une patrouille de routine.

Les ressortissants sri-lankais, qui ont comparu devant le tribunal le 1 er mars, sont en détention provisoire pendant 14 jours.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.