Afrique du Sud: Julius Malema épinglé pour le harcèlement d'une journaliste

En Afrique du Sud, le chef de la gauche radicale, Julius Malema, est sous le feu des critiques. Une journaliste dont il a publié le numéro de téléphone sur Twitter, l'accusant d'être une « taupe », est depuis victime de menaces et de harcèlement. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s'est inquiété samedi de ces messages d'insultes. Tout comme l'Association sud-africaine des journalistes, l'organisation américaine condamne ces tentatives d'intimidation de la part d'un futur candidat aux élections générales.

Tout a commencé par un message de la journaliste Karima Brown envoyé par erreur à des membres du parti EFF, mercredi. Il s'agissait de conseils destinés à son équipe de journalistes, partie couvrir une rencontre entre Julius Malema et des personnes âgées. L'animatrice de radio et de télévision suggérait de surveiller qui se rendait à ce meeting, et comment la foule autour du chef de la gauche radicale avait été sélectionnée.

Le sang de Julius Malema n'a alors fait qu'un tour. Il s'est empressé de publier le message et le numéro de l'auteure sur les réseaux sociaux, l'accusant d'être une taupe et une espionne au service de l'Etat.

Suite à cette publication, Karima Brown a reçu un flot de messages, contenant des menaces de violences et de viol. Le Comité pour la protection des journalistes s'inquiète pour la sécurité de la présentatrice sud-africaine et condamne les actions de Julius Malema visant à l'intimider.

Connu pour ses propos polémiques, le chef du parti EFF refuse de s'excuser, même s'il dénonce les messages les plus violents. Il fait désormais l'objet d'une plainte déposée par la journaliste auprès de la police à deux mois des élections générales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.