10 Mars 2019

Guinée Bissau: La CEDEAO appelle les partis politiques à privilégier l'intérêt national

Photo: Le Pays
Législatives à Bissau

L'ancien Premier ministre burkinabè, Kadré Désiré Ouédraogo, responsable de la mission d'observation de la CEDEAO des élections législatives Bissau-guinéennes de dimanche, a invité les partis politiques locales à privilégier l'intérêt national en œuvrant pour l'organisation d'un scrutin libre, transparent et juste.

L'ancien chef du gouvernement du Burkina Faso, à la tête d'une quarantaine d'observateurs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest, a échangé samedi avec des responsables des formations politiques en lice pour ce scrutin.

Il a notamment insisté auprès des leaders et représentants des dits partis politiques sur la nécessité de mettre l'intérêt de la Guinée Bissau au-dessus de tout autre intérêt pour la tenue d'élections législatives "libres, transparentes et justes".

"Nous venons de sortir d'une rencontre fructueuse avec des responsables de partis politiques. Nous leur avons délivré le message de la CEDEAO qui est un appel à la paix et à la sérénité", a expliqué Kadré Désiré à des journalistes.

Au cours de cette rencontre, la CEDEAO a félicité les acteurs politiques pour leur "sens du compromis" à la suite de la mise sur pied de la feuille de route aboutissant à l'organisation de ces joutes électorales sur initiative des chefs d'Etat et de gouvernement.

A la veille de l'élection, la CEDEAO n'a pas encore noté "d'évènements négatifs pouvant impacter le processus et le déroulement des opérations électorales".

"Nous n'avons pas encore constaté d'incidents majeurs pouvant impacter négativement le vote de dimanche. Nous avons aussi rencontré et échangé avec les autres observateurs nationaux et internationaux. Un climat de sérénité règne pour le moment en Guinée Bissau", a fait remarquer Kadré Désiré Ouédraogo.

Les Bissau-guinéens sont appelés dimanche aux urnes pour élire les 102 députés qui siègent à l'Assemblée nationale populaire.

Les 100 parlementaires sont issus des huit circonscriptions électorales des huit régions administratives du pays en plus de la capitale Bissau appelée le secteur autonome.

Les deux autres sièges sont réservés à deux régions de la diaspora que sont l'Afrique et l'Europe.

Sur les 49 partis politiques légalement constitués en Guinée-Bissau, 24 avaient officiellement déposé leurs candidatures pour les élections législatives. Mais seules 21 listes ont été acceptées pour prendre part au scrutin.

Les principales forces politiques nationales sont le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC) qui dirige le pays pratiquement depuis l'indépendance, le Parti de la rénovation sociale (PRS), le parti de la Convergence démocratique (PCD), le Parti de la Nouvelle Démocratie (PND), l'Union pour le changement (UM), le Mouvement pour l'alternance et la démocratie (Madem) entre autres.

L'opposition détenait la majorité dans la législature sortante, à la suite de plusieurs défections et de dissidences enregistrées dans les rangs de la mouvance présidentielle.

Cette situation a conduit au blocage politique que connait le pays depuis trois ans.

En savoir plus

Le pays est prêt pour des élections législatives «pacifiques, libres et équitables» (ONU)

Après des mois de préparation, à la veille du scrutin de dimanche, les électeurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.